reussir-son-referencement-naturel-700

Débuter en référencement

Apprendre à parler Google

Ah le SEO !! Science obscure, langage incompréhensible, discipline pratiquée par des sorciers, le référencement naturel reste un sombre univers pour le novice. Comment aborder le SEO sans y laisser son cerveau ?

Le référencement, c’est du contenu

En premier lieu, il faut savoir qu’avant de parler de technique, le référencement, c’est du contenu. Du texte, encore du texte, toujours du texte. Google et ses potes sont de bon vieux aveugles. Ils ne savent pas « regarder » une photo ou une vidéo. Il faut donc leur filer du texte dans tous les cas.

Pour avoir une chance d’être correctement référencé, il faut donc avoir un certain volume d’articles à filer à bouffer aux moteurs. Combien ? Là… Globalement, de ce que j’ai pu lire et entendre auprès des bons, en dessous d’une centaine de billets, ce n’est pas trop la peine de rêver.

Bon, un caïd du SEO, avec tous ses tours de passe-passe pourra toujours se débrouiller pour faire ranker un site proposant peu de contenus.

Ranker ? Positionner son site sur la première page de Google, et dans les trois premières places.

Donc, le référencement, c’est du contenu. Bien, voilà la base de la chose. Le SEO, c’est aussi une affaire de lien. Des liens internes, des liens externes.

Le piège des liens externes

Le débutant va se ruer sur les liens externes : inscriptions dans les forums, les annuaires, poser des commentaires sur des blogs en dofollow s’il a suis la dernière formation « devenir riche » (joli connerie). C’est bien. Ça va l’occuper. Mais c’est inutile.

Se tuer à la tâche pour référencer un site qui ne serait pas optimisé est inutile, autant faire La Rochelle-New York à la nage, vous avez plus de chance d’y arriver.

Pourquoi ? Parce que ce qui compte avant tout c’est VOTRE site. Pas forcément les liens entrants en provenance de blogs X ou Y. Il est donc plus intelligent de voir comment vous allez pouvoir créer des liens de façon pertinente entre les articles de votre propre site.

Ces liens vont créer ce que l’on appelle le maillage interne. Vous l’aurez compris, le maillage, ce sont donc les liens qui permettent à vos lecteurs de passer « naturellement » d’un billet à l’autre sur votre propre blog.

Le maillage interne

L’idée est d’avoir des liens dits pertinents. Donc, par exemple, si j’ai un billet qui parle de la tarte aux pommes, placer un lien vers un billet qui explique comment bien choisir ses pommes pour tel ou tel préparation culinaire, ça fait sens.

En revanche, si vous placez un lien vers un article qui parle des fraises des bois, là, tout de suite, c’est moins pertinent. Vous voyez le truc ?

Le lien doit renvoyer vers une lecture qui sera complémentaire au billet que l’internaute est en train de lire. Rien de plus, rien de moins.

Si déjà, vous êtes capable de faire ça, vous aurez fait une bonne partie du chemin !

Le plug-in magique

Avec WordPress, bon nombre de personnes pensent qu’il suffit d’ajouter le plug-in WordPress SEO by Yoast, et voilà !

Et voilà quoi ? Voilà rien ! Installer un plug-in, c’est un début, mais c’est insuffisant. Le plug-in va vous permettre d’ajouter un titre et une description pour chaque article, plus quelques fonctions qui vont lever certains freins. Mais cela ne va pas rendre vos contenus plus qualitatifs.

Le titre racoleur

Au passage, le titre et la description SEO, ça serait bien de les optimiser.

Par exemple :

  • Titre du billet : la tarte aux pommes rouges
  • Extrait : La recette de la tarte rouge aux pommes
  • Titre SEO : Comment faire une tarte aux pommes rouges
  • Description SEO : Réaliser une recette de tarte aux pommes surprenante, une tarte rouge !

Vous saisissez ? Dans le cas présent, j’ai fait au plus simple. Sachez que l’usage de synonyme est toujours le bienvenu. Ne cherchez pas systématique le titre racoleur, car de nos jours, tout le monde le fait. Alors, pour vous démarquez, soyez plus naturel !

Le racolage par le titre, c’est bien. De temps en temps. Mais tout le temps ? C’est lourd, indigeste, pénible.

Autre point de détail, et non des moindres : écrivez pour le lecteur, pour l’humain et non pour le moteur. Si un humain peut lire votre billet, un moteur le pourra aussi.

Ne cherchez pas à embobiner le moteur, surtout si vous n’êtes pas un rédacteur dans l’âme. Faites simple. Avant de vous prendre le chou avec les techniques de pyramide inversée et consort, cherchez donc à écrire un contenu qui soit propre, intelligible.

L’adresse du billet (URL)

S’il fut un temps où présenter une URL optimisée apportait un véritable avantage, ce n’est plus vraiment le cas. Le poids de l’URL semble avoir baissé ces dernières années. De toutes les façons, toutes les petites techniques de sioux des SEO ont pris du plomb dans l’aile ces dernières années.

Google, avec ses pandas, pigeons, pingouins, et consorts mène une lutte sans merci contre les optimisations artificielles.

Et le mot clé en vert dans le plug-in ?

Ah la belle connerie !!! Si vous souhaitez vous vautrer, foncez !! En gros, vous donnez un mot clé au plug-in, ce dernier va compter le nombre de fois où ce mot (ou expression) apparait dans le billet, il va y ajouter de la pondération, et vous pondre un résultat qui dira oui c’est bon, non c’est pas bon.

Sauf que… Cette technique appelée « calcul de densité » hé bah personne n’a jamais pu prouver qu’elle fonctionnait.

Par contre, il a été prouvé que de vouloir trop utiliser l’expression ou le mot clé visé dans son billet, là, c’était pas bon. Pour Google, c’est du spam, donc, passible de pénalité.

Alors, la loupiote verte, on oublie !

Alors, comment optimiser mes articles ?

Écrivez du bon contenu, élevé au grain, du grain bio sans ogm. Faites de bons billets pour vos lecteurs, pas pour les moteurs. Choisissez un bon petit titre, une bonne description, creusez-vous un peu la tête là-dessus.

Pensez également à votre maillage interne : un lien ou deux vers des billets dont la lecture s’avèrerait complémentaire.

Si vous faites cela, pour chaque article de votre blog, vous aurez déjà fait un grand pas. Vous pourrez ensuite commencer à creuser les techniques plus avancées. Mais sans cela, vous allez bosser dans le vide, perdre votre temps et votre envie.