Comment obtenir des « backlinks » ?

Partons à la pêche aux liens

Vous l’avez sans doute constaté, il y’a une baisse significative des commentaires sur les blogs. Il existe sans doute plusieurs raisons à cela.

Le lien dofollow, le Graal #oupas

En premier lieu, l’abus des internautes. Depuis deux ou trois ans, une sorte de chasse aux liens s’était instaurée sur la toile. Et plus précisément, la chasse au « do follow ». Ceci à cause de médiocres formateurs qui expliquent dans leurs « formations » (tout aussi médiocres) qu’il ne faut commenter uniquement sur des « gros blogs » mais surtout ceux proposant le do follow. Les boulets.

L’effet pervers de la chose ? Des tas de petits blogs ont alors communiqué sur le fait que chez eux, c’était « do follow open-bar ». En gros, vient commenter chez moi, t’auras du lien en dur.

Là-dessus, on en remet une louche avec le tristement célèbre « Comment Luv » qui affichait un lien vers un article du rédacteur au choix.

La machine est devenue folle, avec un taux de « spamco » qui explosa. Le jeu était donc de poser son empreinte n’importe et partout à la fois pour choper du lien.

Et pendant ce temps-là, la réelle optimisation de l’infrastructure du site, des billets, travailler une vraie présence sur les réseaux sociaux, tout ça… aux oubliettes ! Faites du « net linking ». Et voilà nos légions de blogueurs pros en herbes partis en quête du Saint Graal : le lien do follow.

L’erreur du débutant

C’est bien le « net linking ». Il y a 10 ans de cela, faire des liens comme des porcs, vers un site tout pourri, ça fonctionnait. Y’a 10 ans.

Mais pas de bol ! Vous avez des formateurs qui, question SEO, n’y pipent que dal. Enfin, hormis à raconter que ça vient des USA. Ouais. Sauf que, le SEO made in France, les USA, ils nous l’envient grave aussi. Et question SEO, par chez nous, on a rien à envier à nos potes d’ailleurs.

Donc, il y a deux ans déjà, le net linking seul n’était pas la meilleure des idées à avoir, et pire encore si vous avez payé pour entendre de telles conneries. Quand à aujourd’hui, ce n’est même plus la peine d’y penser.

Une stratégie de net linking, si vous n’y connaissez rien en SEO… Je serais vous, je ne tenterais pas le diable.

Le spamco, la plaie du rédacteur

Face à ce fléau organisé, la riposte des proprios’ s’est organisée. Certains ont remplacé le champ lien par un champ « social ». En gros, plus question de laisser un lien vers votre site, mais vers votre profil social.

Exit aussi les ancres optimisées. Oui, parce que répondre à « rachat de crédit paris », franchement, ça fait pas rêver comme conversation.

D’autres furent plus radicaux : terminé le champ lien. Pas de lien du tout, ni social, ni rien.

De fait, face à cette impossibilité de polluer ici ou là, nos amis blogueurs ont fini par arrêter de commenter. Erreur fatale. Une réputation en ligne, c’est bien plus que des liens do follow. Mais bon, ça, c’est pas dans leurs formations d’élites, c’est con hein ^^

Question : quand vous ne pouvez pas commenter because pas de lien, quand vous ne devez pas utiliser les réseaux sociaux (d’après AA, OR et MLF, c’est une perte de temps pour le business), expliquez-moi comment vous allez générer votre autorité, votre notoriété et votre trafic qualifié ? La pub ? Si vous n’avez pas un kopek, vous n’êtes pas rendu…

Google et les algo

Face à tout ce merdier, il fallait s’attendre à ce que le Boss siffle la fin de la récré. Ca faisait un moment qu’il chassait les liens fictifs, et autres supercheries.

Là, il a décidé de tailler dans le vif, limite sans trop regarder. Les algo sont devenus plus stricts, et la chasse plus sévère.

La porte s’est violemment refermée sur le museau des apprentis sorciers en quête de gloire et de pognon. Ce n’est pas plus mal.

Là où le truc est plus emmerdant, c’est que tout le monde paie, et râler n’y changera rien. En revanche, se mettre à respecter un tantinet les guide-lines, ça peut aider. Je ne parle ici des vrais pros ou passionnés du SEO dont le métier et la passion est de chercher les limites, de tester pour comprendre.

Je parle du blogueur débutant, du blog de la PME, de l’Association, de l’autoentrepreneur. Pour ces blogs-là, il pourrait être risqué de se retrouver pénalisé par Google.

Comment je référence mon site moi alors aujourd’hui ?

Il faut bosser sur sa structure, faire en sorte que chaque chose soit à sa place. Bossez également sur les contenus, faites en sorte d’apporter votre œil, votre expérience (vous savez, la sacrosainte valeur ajoutée), ayez des billets bien fuselés pour le SEO.

Aujourd’hui, partir à la chasse aux liens, quand on a un site qui ne tient pas la route… Essayez donc de remporter une course de F1 avec une Deux-Chevaux, vous m’en direz des nouvelles.

Conseil bonus & bon sens

Votre métier, ce n’est pas le SEO. Ce ne le sera sans doute jamais et ce n’est pas une tare. Rare sont celles et ceux qui maitrisent parfaitement le délicat art qu’est ce métier.

Dans votre cas, faites en sorte d’appliquer les bonnes pratiques, d’apporter des contenus frais de façon régulière. Travaillez votre présence sur les réseaux, ayez une mailing liste digne de ce nom, occupez-vous convenablement de vos clients, cherchez-en de nouveaux.

Déjà, avec tout ça, vous avez de quoi vous occuper un moment.