blogueur-pro-seo

Le guide intemporel des bases du SEO

Parce que le référencement naturel, ce n’est pas de la sorcellerie

Sauf à vivre sur une étrange planète, ou faire partie d’une toute aussi étrange secte, le référencement devrait être une de vos préoccupations majeures.

Or, lorsque l’on débute, le référencement naturel est souvent comparé à une science totalement occulte. Nous allons voir ici, en quelques points clés, qu’il n’en n’est rien.

En revanche, vous, oui, vous qui lisez, vous allez avoir du boulot et vous également voir que les bases du référencement sont avant tout dictées par le bon sens. Ne cherchez pas la recette miracle ou la poudre de perlimpinpin !

1 Structure du site

Tout part de là et tout y revient. La structure de votre site. Comment avez-vous organisé votre contenu ? Vos catégories, vos tags ?

Cette structure est importante, pour vous, pour vos lecteurs, et pour le moteur. Chaque article par exemple ne doit être classé que dans une et une seule catégorie !!!

Si vous utilisez les tags, il en va de même, un ou deux tags maximum, histoire d’éviter la confusion la plus totale.

Rappel : les tags ne sont pas des mots clés. Ils sont un système de classement complémentaire aux catégories. SI vous ne savez pas comment les utiliser, çalors, ne les utilisez pas, vous éviterez bien des soucis en matière de référencement.

Soyez pertinent, précis. Tout le monde s’en portera mieux.

2 Le contenu du site

Ici, pas de secret, il faut envoyer du bois régulièrement. Quand vous ouvrez votre blog, ce n’est pas avec un billet à la petite semaine que vous allez faire chauffer les stats.

Durant plusieurs mois, si vous souhaitez faire de votre blog une machine de guerre, il va falloir envoyer à minima 2 articles semaine, voir plus.

Oui, c’est du boulot. Toutefois, si vous souhaitez imposer votre site dans votre secteur, vous n’aurez pas le choix. Plus vous allez publier, plus Google viendra vous voir, et mieux votre site sera positionné, si tant est que vous respectiez les règles du jeu…

3 Structurer ses billets

Là encore, rien de sorcier. Mais si vous ne suivez pas les règles de base, c’est mort. Vous aurez beau tout faire, payer le meilleur des black hat SEO, votre blog retombera systématiquement dans les méandres des SERPS.

Un titre, balisé H1. Un sous-titre, balisé H2, des intertitres, balisés H3. Ceci ne va pas vous projeter comme par magie en page une, mais cette structure va permettre au moteur de mieux « comprendre » votre texte.

Si vous utilisez WordPress SEO par Yoast, n’oubliez pas de renseigner le titre SEO et la méta description, cela ne pourra que vous aider. En revanche, les keyword SEO, vous pouvez oublier. Ils ne servent plus à rien.

4 Le maillage interne

Si les liens en provenance de la toile sont importants, ceux en interne le sont tout autant. À savoir, un lien depuis votre page n vers la page x, c’est bien, ça compte aussi.

Attention ! Ne liez pas tout et n’importe quoi dans l’unique but de faire du lien ! Liez les contenus importants, les billets qui devraient être mis en avant. L’article réalisé uniquement dans le but de faire du contenu un jour de pluie, celui-là, pas le peine de le valoriser. On en revient à la structure du site…

À vous de savoir identifier les articles forts, ceux qui devraient l’être et ne le sont pas et de définir les actions à mener pour y remédier.

5 Le design, ça compte aussi

Quoi ??? Le design ? Oui, le design, tout du moins, le template que vous allez choisir. Pour la plupart d’entre vous, vous êtes sur WordPress. De fait, vous utilisez souvent les templates, logiques. Mais avez-vous pensé au référencement lors de votre choix ? Le thème est-il optimisé pour le SEO ? Ne met-il pas trop de temps à se charger ?

Un mauvais thème peut vous plomber votre référencement, j’en ai fait l’expérience. Lors de votre prochain changement de template, lisez attentivement la fiche descriptive.

6 Temps de chargement

Installer wp-rocket, c’est bien. Mais ce plugin, aussi puissant soit-il ne transformera votre vieux tacot en bolide. Un site qui rame, avec un plugin de cache, ça fait un site qui rame un peu moins. Mais ça ne fait pas un site rapide.

Pour avoir un site rapide, limitez-vous à l’essentiel dans le choix de vos extensions, choisissez un template qui ne pèse pas des tonnes, faites vos essais d’extensions sur un site de tests, histoire de ne pas blinder la base de données, voir de la péter.

7 Réseaux sociaux

Ah bah oui, ça aussi c’est important. Pour envoyer ce que l’on appelle « des signaux positifs » aux moteurs, les réseaux sociaux sont quand même bien utiles. Encore faut-il les utiliser comme il se doit. Si votre activité se limite à partager votre contenu et uniquement votre contenu, oubliez de suite.

Il va falloir apprendre à partager le contenu des autres, à prendre part à des discussions. En clair, le mode automatique, on passe.

Oui, mais « on m’a dit que »… qui on ? On est un con ! Point. Pour attirer du trafic depuis les réseaux vers votre site, il n’existe rien de mieux que d’assurer une véritable présence. Je ne vous dit pas d’y passer vos journées. À vous de vous tester, de voir ce qui est le mieux pour vous.

Les réseaux sociaux ont horreur du vide et des time-lines automatisées. Les êtres humains aussi d’ailleurs. À vous de voir.

N’écoutez pas, n’écoutez surtout pas les pseudos formateurs qui vont vous expliquer que les réseaux ne servent à rien, qu’ils sont une perte de temps !!

Votre référencement, c’est donc

  1. une structure claire,
  2. des contenus publiés régulièrement,
  3. des billets correctement structurés,
  4. un maillage interne intelligent,
  5. un template digne de ce nom,
  6. un choix d’extension qui se limite à l’essentiel,
  7. un temps de chargement très court,
  8. une présence active sur les réseaux sociaux.

Je vous avais dit que vous auriez du boulot ! Mais avouez que ça en vaut la peine 😉