Devenez journaliste live avec periscope et facebook live

Périscope, Facebook live…

Le live-stream et le nouveau journalisme

La vidéo est omniprésente dans notre quotidien. De la télévision à Snapchat en passant par Youtube. Mais, loin des interviews préparées, des images léchées et des nombreuses prises de vues avant diffusion, une nouvelle façon de partager l’information est apparue sur le web : le live-streaming d’actualité via des applications comme Périscope ou Facebook Live.

Au-delà de la transmission instantanée de certains moments du quotidien par des utilisateurs de tout horizon, Periscope et Facebook live s’emparent aussi de l’actualité en complétant, voire en suppléant aux médias traditionnels. Finies les longues heures de montage pour couvrir une manifestation, place désormais à l’authenticité, aux images « brutes » et en direct.

Nouveaux acteurs et réappropriation de l’information

Médias, communicants, passionnés ou citoyens « lambda » : Périscope regroupe un panel d’utilisateurs différents, aux usages divers, mais qui ont tous le même objectif : transmettre quelque chose, en direct. Pouvoir voir ce qui se passe à l’autre bout du monde, instantanément : les créateurs de Périscope définissent leur application comme « la chose la plus proche possible de la téléportation ».

Pour ce qui est de l’actualité et des événements « à intérêt », les applications de live-streaming abattent les barrières spatio-temporelles et permettent ainsi à n’importe quel témoin d’endosser le rôle de journaliste.

En permettant à n’importe qui de devenir « reporter d’un jour » (expression qui revient souvent lorsque l’on parle des périscopeurs), notre appréhension du monde et de l’actualité se retrouve bouleversée. Le fait de voir un même événement sous plusieurs angles avec le regard de plusieurs témoins semble apporter un nouveau souffle au journalisme.

Or, les amateurs qui utilisent Périscope pour couvrir des événements d’actualité, à l’instar de Rémy Buisine, ne cherchent pas à analyser en profondeur un sujet d’actualité, mais seulement à témoigner, de manière la plus transparente possible, d’un événement à un instant T. Couplé avec un travail journalistique plus poussé, loin d’empiéter sur le métier, Periscope devient un partenaire qui permet de multiplier les points de vue. Chacun peut voir et se faire une idée de l’actualité, en étant « au plus proche » de l’événement.

Le live-streaming, un nouvel écrin démocratique ?

Dans une société qui connaît une crise des valeurs et face à une population qui n’a plus confiance dans le pouvoir et les élites, ce que l’on nomme « journalisme citoyen » devient un espace d’expression libre à la portée de tous. Nul besoin de matériel spécifique, onéreux et réservé « aux professionnels » pour pouvoir témoigner d’un événement, ou tout simplement faire entendre sa voix.

Les contestations du Printemps Arabe, mouvement qui a vu naître en parallèle une vraie forme de journalisme citoyen, sont symptomatiques de cette nouvelle forme de liberté au sein du “quatrième pouvoir”.

Les applications de live-streaming ont permis à des populations révoltées de faire entendre leurs revendications et de montrer ce qu’il se passait dans des pays souvent soumis à la censure. En étant à la fois en direct, mais hors des contraintes de temps et d’espace, des applications comme Périscope sortent des moyens de transmission classiques et développent un « lieu démocratique » dématérialisé, virtuel et néanmoins profondément humain.

Kant, dans son essai Qu’est ce que les Lumières, prévoyait que l’homme arriverait, quoiqu’il arrive, à sortir de sa condition « de minorité » pour atteindre une forme de liberté, et ce de son propre chef. « (…) Qu’un public s’éclaire lui-même, rentre davantage dans le domaine du possible, c’est même, pour peu qu’on lui en laisse lia liberté, à peu près inévitable. »

Ainsi, le lien crée par les échanges en direct, même pour une simple retransmission, laisse à chacun la possibilité d’exprimer son propre avis, puisque la transparence (relative) de la transmission laisse une plus grande part à la confrontation des points de vue.

Cependant, le live-streaming à travers un téléphone passe par le prisme d’un individu et se pare donc de subjectivité… Notons également le manque de recul face à certains événements et le risque de vouloir à tout prix capter le fait, spectaculaire, violent, riche en émotions, pour une potentielle course à l’audience.

Devenant “journalistes” malgré eux et ayant de plus en plus d’influence dans le traitement des informations, les live-streameurs peuvent tomber dans la surenchère en se livrant à une bataille de l’attention, lié à un public toujours en demande de plus de « sensationalisme ».

Se pose alors la question de l’éthique… Un périscopeur couvrant, plus ou moins au même titre qu’un journaliste, un événement, est-il soumis au même code de déontologie ? Il semble impossible que l’on puisse empêcher des images ou des propos choquants d’être diffusés sur le moment, puisque cela va à l’encontre de cet « espace démocratique » précédemment évoqué. Mais en permettant cette liberté et cette forme de « pouvoir », chacun devient responsable de sa propre diffusion, là où un journaliste peut-être « protégé » par sa rédaction.

Dans tous les cas, les pratiques journalistiques liées à la vidéo en direct via ces applications, changeront ; et le journalisme citoyen est une branche d’évolution possible. Loin de rentrer en opposition, les journalistes professionnels utilisent également ce moyen de diffusion comme complément, comme nouveau médium.

Les contraintes techniques étant moindres, la possibilité de transmettre les informations dans des pays en guerre, ou soumis à la censure, avec peu de liberté d’expression, entraîne vers un journalisme plus humain, plus proche de l’Autre et connecté au Monde. En modulant la façon de transmettre les image, on peut ainsi transformer la vision que l’homme a de ce qui l’entoure, en rendant possible l’insertion de chacun dans l’instant présent.

  • Article rédigé par Estelle Bernet
    Diplômée de l’ESP, spécialisée en communication Corporate, Estelle Bernet est Chef de projet junior orientée Brand Content