blogueur-pro-900

Trafic, revenus, qu’en est-il du blogging professionnel en France

Entre août et septembre 2016, j’ai lancé une enquête via les réseaux sociaux afin de savoir plus précisément comment se porte le blogueur pro en France. Quel trafic génère-t-il, quels sont ses revenus ? Entre mythe et réalité, il me semblait judicieux de lever le voile une bonne fois pour toutes, loin de toutes les propagandes que l’on peut voir sur la toile.

Avant de vous donner les résultats de cette enquête, sachez que ce billet n’a pas pour mission de briser vos rêves. Nous avons toutes et tous besoin de nos rêves pour avancer, nous évader. Cependant, vous envoyer au casse pipe pour me faire quelques milliers d’euros, ce n’est pas mon trip. Un bon entrepreneur est une personne qui sait allier le rêve et la réalité, au point d’équilibre, c’est là que vous trouverez votre réussite.

 

Devenir un blogueur pro, le rêve ?

Comme vous allez le voir, nous sommes bien loin du conte de fées et des revenus pharaoniques que sont censés toucher les blogueurs professionnels, comment pourrait-il en être autrement avec 83% de d’échecs ? Comme dans tous secteurs, ils sont donc très peu nombreux à pouvoir vivre une vie de rêves, de voyages, à partir 6 mois de vacances, et autres « plaisirs ».

Remarquez, tout le monde n’a pas la chance d’avoir 30 ans, d’être célibataire, sans enfants, sans attaches. Alors, forcément, « la liberté » en mode solo, elle en prend de suite un coup, cependant, il est possible de s’inventer et de vivre d’autres rêves tout aussi exaltants et nourrissants.

Note

Quand j’étais jeune, quelqu’un m’a dit que je devrais me trouver un boulot qui me passionne. Ainsi, je n’aurais pas la sensation de travailler au sens pénible du terme, je n’aurais pas l’impression de devoir gagner ma vie. Les choses seraient bien plus naturelles, bien plus fluides.

Cette personne avait raison. Aujourd’hui, je suis épanoui dans mon activité, mais aussi dans ma famille. Il me serait d’ailleurs délicat de passer mon temps en voyages, simplement parce que j’aime être auprès de ma femme et de ma fille.

Les voyages, tout ça, oui, mais quand on a une famille que l’on aime, ce n’est pas tout à fait pareil. Et s’épanouir auprès des siens, quand on voit combien de personnes vivent seules, je trouve que c’est une belle aventure humaine.

les chiffres des blogueurs pros Les chiffres blogueur pro les chiffres des communauté d'un blogueur pro

Du rêve à la réalité

Les chiffres énoncés sont-ils vraiment surprenants ? À vrai dire, non. J’avais mené une première enquête de ce type il y a quatre ans de cela. Les résultats obtenus cette sont dans la lignée.

La majorité des blogueurs pros ne gagnent pas un centime, n’ont pas de trafic, et une faible communauté. De fait, pour créer son emploi autour de son blog, c’est la galère.

Le blogging, nouvel Eldorado des chercheurs d’or, on repassera. En tout cas, ce n’est pas en 31 jours, 6 mois, ou même 12, comme j’ai pu souvent le lire sur la toile, que vous allez bâtir votre « empire ». Loin s’en faut. Cela ne veut pas dire que vous n’allez pas y arriver ! Soyez conscient, simplement conscient de ce qui vous attend.

Pourquoi de tels chiffres ?

Cependant, et c’est rassurant, les blogueurs ne sont pas tous des idiots ! Plus de 40% sont encore salariés, dont une partie cumule salariat et sa propre boite. Ouf ! Ils n’ont pas tout plaqué pour parcourir le monde et kiffer, c’est une bonne nouvelle.

L’aspect financier

Ils ont d’ailleurs bien fait, car si un blogueur seul peut « bien vivre » avec 500 euros par mois en Thaïlande, pour une famille, en France, c’est déjà plus compliqué. Ils ne sont d’ailleurs que 10% à gagner plus de 500 euros par mois. La majorité, 60% d’après mon enquête, plafonne à zéro euro. Difficile d’envisager un voyage exotique ou un changement de vie en 31 jours.

À ce titre, il est a remarqué, vu les revenus, que la vie de couple (ou l’aide des parents chez les plus jeunes) est un élément fondamental pour qui souhaite se lancer. Si vous pensiez qu’il était possible de tout faire, tout seul, en mode « self made men (ou woman) » à l’instar des vidéos que vous pouvez visionner sur la toile, voici la preuve flagrante qu’une aide extérieure est vitale dans la mise en route de votre projet.

Oui, vous aurez besoin d’un support externe pour assurer le quotidien le temps de vous lancer. Ce n’est pas une honte ! C’est même une force de pouvoir compter sur des personnes qui croient en vous, vous soutiennent et vous supportent.

Le marketing

Une autre remarque qui découle directement du point précédent concerne le marketing. Il y a du boulot ! Certaines personnes sont en place depuis plusieurs années et leurs revenus ne décollent toujours pas.

Il est temps de se pencher sur le marketing et d’arrêter de croire que l’emailing agressif va tout faire. La machine à vendre, c’est bien joli, mais il faut l’alimenter, avoir des processus clairs, et surtout, un message clair à transmettre.

Qui dit activité professionnelle dit vente. Il faut donc, que vous le vouliez ou non, vous pencher sérieusement sur cet aspect de votre métier. Dans le cas contraire, vous ne décollerez jamais, avec le risque de passer à côté de vos rêves.

Avoir fait tout ce chemin, pour finalement devoir rendre les armes si près du but ? Voilà qui serait une énorme déception, déjà pour vous, mais également pour celles et ceux, dans votre entourage, qui vous auraient accompagné.

Le référencement naturel

Nous remarquerons également que pour ce qui est « dompter » Google, il reste du chemin. Avec 42% de blogueurs pros à moins de 100 visiteurs uniques par jour, la route reste longue.

Toutefois, même avec un tel trafic, il n’est pas impossible de générer un petit revenu de complément, c’est l’art du marketing qui entre ici en scène. L’important, je le rappelle, ce n’est pas le volume du trafic, mais sa qualité et le taux de transformation de votre blog. Donc, dompter Google, on s’en fou un peu, l’idée reste d’attirer des visiteurs savamment ciblés afin de faire grimper les conversions.

Le constat

La vie de rêves, les voyages, l’argent, le soleil, ce n’est pas pour tout de suite. Mais est-ce si surprenant ? Pour autant, devez-vous abandonner toutes velléités de changement ? Non ! Bien au contraire. Un blogueur averti en vaut deux. Vous savez désormais ce qui vous attend, vous savez où vous mettez la souris. De fait, si vous plafonnez après quelques semaines, vous saurez que c’est normal, et que non, vous n’êtes pas nul.

Pense pas bête !

Comme pour toutes créations d’entreprises, la route est longue avant de s’installer durablement. Monter son blog sans un gros budget, c’est possible. Arriver à en vivre, c’est possible. Entre le moment où vous allez vous lancer, et celui où vous pourrez vous retourner et admirer le chemin accompli, il se passera du temps, du temps durant lequel vous allez devoir donner de vous.

Dans cette enquête, il est compliqué d’en savoir plus sur le business model des blogueurs et blogueuses qui travaillent avec les marques (lifestyle, voyages, mode, fooding…). Contrats de confidentialités, avantages en nature, et autres rémunérations indirectes sont assez délicats à chiffrer. Toutefois, comme pour le blogueur pro, seules quelques personnes arrivent à en vivre, d’autres en ont fait un complément de revenus plus ou moins confortable.

Dans tous les cas, quel que soit le secteur d’activité qui est le vôtre, si vous avez le droit de rêver à une vie meilleure, vous avez aussi, en tant qu’entrepreneur, le devoir de garder les pieds sur terre et de vous retrousser les manches pour atteindre l’objectif que vous vous êtes fixé.

Devez-vous fermer votre blog ?

L’intention de ce billet n’est pas de vous démoraliser, mais de vous confronter à la réalité. Les chiffres montrent qu’il est possible d’arriver à ses fins. Alors, accrochez-vous, croyez en vous, et avancez !