Le dirigeant présent sur Twitter

Le social, mode d’emploi à destination du patron

le dirigeant sur les médias sociaux

Soyez leader, soyez différent !

Super ! Vous avez porté votre petite entreprise sur Twitter. Voilà, nickel. Depuis quelques jours, vous relayez les articles de votre blog sur le réseau, très bien. Mais ?! Mais rien. Il ne se passe… rien.

Publier du contenu ne suffit pas, ne suffit plus. Je vais vous épargner le traditionnel discours « il faut mettre en place une stratégie ciblée, orientée B2B ou B2C, etc, etc… » #OSEF

Ce qui nous intéresse, ce qui vous intéresse, c’est d’être visible, d’avoir une voix qui porte. Et pour cela, on fait comment ?

Se démarquer, en faisant comme tout le monde ?

D’une ce n’est pas en faisant comme tout le monde que vous allez vous démarquer, donc, oubliez de suite les articles « quel est le meilleur moment pour poster vos tweets et avoir un maximum d’impact », on oublie aussi « comment réaliser le tweet parfait » ainsi que son pote « comment déclencher des dizaines de retweet ».

Pourquoi oublier tout cela ? Parce que c’est total « bullshit » (pour les non-initiés, bullshit = de la merde, en français, ça heurte un peu, dit en anglais, c’est plus tendance). La seule vérité sur le bon créneau horaire, sur le tweet parfait, elle proviendra de votre audience à vous. Et de vous.

Soyez donc entrainant, tonique, émettez des avis étayés, si possible intelligents, si, je vous promets, passer pour des gens qui savent se servir de leur matière grise, ça en impose sur les réseaux.

Évitez de ne relayer que vos propres contenus. Grosso modo, c’est 2/3 pour 10. Vous publierez donc 7 ou 8 articles issues de votre veille, et 2 ou 3 articles de votre propre création. L’idée étant de démontrer que vous êtes au fait de l’actu de votre secteur. Cette partie peut se faire en mode automatisé.

Assurez une présence, pour vrai

Dans la mesure du possible, faites aussi du « live ». Prenez une heure, chaque matin, pour relayer et surtout, surtout, surtout… commenter l’actu. La fonction « citer ce tweet » de Twitter est une arme redoutable pour relayer un lien et y apporter votre « valeur ajoutée ».

En faisant un simple retweet, qu’apportez-vous de plus qu’une tierce personne ? Rien. Absolument rien. Il n’y a donc aucune raison pour qu’une personne vienne s’abonner à votre compte, aucune raison pour qu’une personne vienne vous parler, interagir.

Pourtant, interaction, discussion, voici la sève des réseaux sociaux. Non, Twitter n’est pas qu’un immense flux rss, ou un panneau de pub géant open 7/7/24.

En prenant un tant soit peu position, vous vous offrez une chance d’être un peu plus retweeté, donc visible, et c’est quand même pour cette raison que vous êtes là ?!

N’oubliez plus les hashtag !

Admettons que vous ayez désormais mieux cerné l’outil, que vous ayez mis en place votre propre veille, commencé à construire votre propre réseau. Il va falloir désormais occuper le terrain efficacement et vous faire repérer.

Pour maximiser vos chances, utilisez donc les hashtag, ou mot dièse dans vos tweets. Depuis que j’ai accès à la plateforme curator, je suis impressionné du manque d’utilisation de cet outil qu’est le hashtag.

Mettre une ribambelle de hashtag dans vos bios, c’est bien… Mais globalement, un outil comme Curator qui se base sur les tweets, votre bio, il s’en tape. Donc, placer #Marketing dans votre bio, super, mais si c’est pour ne jamais le mettre dans vos tweets, à quoi bon ?

Vous n’apparaitrez jamais dans les outils de veilles. C’est idiot, d’autant plus que ce type d’outil se multiplie. De facto, vous perdez, encore, de la visibilité.

[highlight]Ajouter un petit hashtag n’est pas fait pour déplaire à des gens comme moi qui cherchent des informations qualifiées, différentes, pour les relayer sur Twitter.[/highlight]

Inutile de remplir votre tweet avec 36 hashtags : pour le rendre illisible, y’a pas mieux. Un ou deux suffiront amplement.

Soyez un leader !

Passer son temps à relayer du #Flashtweet, c’est bien c’est hype. Sauf que relayer du bullshit parce que tout le monde le fait, sérieusement, vous trouvez ça intelligent ? Dans la logique, en tant que dirigeant ou cadre, vous êtes un leader. Alors essayez donc de l’être également sur les réseau, en créant votre style, et non pas en cirant les pompes crades d’un pseudo réseau parisien où chacun essaie de se faire lustrer l’ego par l’autre.

Cette posture est d’une rare pauvreté, d’un manque de connaissance de l’outil. Tant qu’à suivre des influenceurs, suivez les vrais, pas ceux qui le sont en mode « nouvelle star » et qui se font une gloire en pompant les contenus des autres.

Prenez le temps de créer votre propre réseau, de mettre en place votre propre veille, de diffuser votre propre contenu, soyez un leader, montrez la voie à vos équipes, et ne vous contentez pas de délivrer la voie de médiocres et passables influenceurs qui n’influencent pas même leur propre conjoint. Ah oui, ça style de RT flashtweet ou i4emploi. C’est sûr… vraiment ? Si vous saviez…

On résume

Un zest d’opinion, de prise de position, une légère touche de hastag, assumez votre leadership, c’est la recette de Twitter depuis son premier jour.

Note : dans un marketing de plus en plus « émotionnel », comment apporter cette émotion en ne délivrant rien de vous, rien de vos propres émotions. Pensez-y autour de la machine à café le matin.

Cet article "Être dirigeant sur les réseaux sociaux" a été publié par Stephane Briot