Changer son thème WordPress

Parfois, changer son thème WordPress, c’est la galère

Voici une petite mésaventure qui m’est arrivée il y a quelques mois. À l’époque, j’avais eu l’envie de changer mon thème WordPress. Je n’imaginais pas le merdier dans lequel j’allais m’engager.

J’ai donc fait comme tout à chacun, avec un large tour d’horizon, puis, j’ai rétréci peu à peu le champ tout en restant le plus possible collé à mes besoins. Et finalement, j’ai donc opté pour un thème qui me semblait être bon et offrait un visuel simple, épuré, très clean.

Le truc avait l’air plutôt bien, à la fois sobre et élégant. Et la sobriété, j’adore. Sauf que là… là, une fois le thème acheté, c’est le drame.

J’ai rapidement déchanté. D’une part, le code embarque une épaisse surcouche de développement conçu par le créateur du thème. Il aurait voulu que l’on ne puisse pas modifier son thème qu’il n’aurait pas fait autrement. Et ça, ça m’agace. Si je dois passer des heures à tenter de comprendre comment le mec a pondu son truc juste pour modifier une fonctionnalité, ça me gonfle.

Le thème enfant qui refuse son père #wtf ?!

Comprenez-moi, j’achète un thème pour gagner du temps. Ce qui m’importe en premier lieu, c’est le squelette, la structure CSS. Globalement, les fonctions natives, je m’en passe volontiers, et j’aime pouvoir les désactiver ou cas échéant, les modifier pour mes besoins.

Dans le cas du présent thème, bah… Mauvaise pioche. Mais bon, je n’allais pas me décourager, et son rendu visuel me plaisait vraiment. Me voilà donc parti pour réaliser mon thème enfant afin de ne pas être impacté par d’éventuelles mises à jour futures. Mauvaise idée. Pour la première fois, je me retrouve avec thème qui ne fonctionne pas avec un thème enfant ! C’est pourtant devenu un des mécanismes de base de WordPress ce truc. Et bah non.

Un thème incompatible avec un plugin populaire ! #wtf2

Là où j’ai commencé à vraiment m’inquiéter, c’est lorsque j’ai découvert l’incapacité du thème à fonctionner avec Jetpack pour la partie commentaire. J’ai mis le nez dans le code, et là… Mais un bordel sans nom. Le type avait tout simplement remplacé toutes les fonctions natives de WordPress par les siennes. Et pour tout ! Disparu la plupart des marqueurs WP. Tout était régi par ses propres fonctions, l’horreur.

Je poste un message sur le forum de support, et le type me demande ce qu’est Jetpack ! Non, mais allô quoi comme dirait l’autre. Tout ça pour m’expliquer qu’il ne changera pas une seule ligne de code pour rendre son thème compatible. Me voilà en galère, obligé de chercher une solution de replis.

De fil en aiguille, j’arrive à m’en sortir et à mettre le site en ligne. Mais ça rame. Le thème est lourd et embarque des tonnes de JS pour tout et rien. Le coup de grâce survient un soir. Je me retrouve par hasard à vérifier mon site sur Internet Explorer (bah oui, faut quand même le prendre en compte) suite à une mise à jour de plugin. Et là… le drame. Le site est juste inutilisable. Rien à voir avec la mise à jour en question. Non, c’est juste mon thème qui n’est pas compatible !

Me voilà comme un con ! Je me traine depuis 3 mois un thème qui ne ressemble à rien sur IE. La belle affaire, j’ai l’air d’un con moi en tant que pro. J’ai passé la soirée à tenter de comprendre, de chercher. Mais pas moyen de régler le problème rapidement.

Coup de sang ! Je copie ma base de données, je remonte 4h18 à l’identique sur un domaine de test. Et me voilà reparti avec le thème initial. Je fais mes tests, je monte et démonte mes pages. Pour finalement arriver à quelque chose qui me ressemble. Moi qui ne voulais pas changer de thème durant l’année, je me suis retrouvé à faire une belle marche arrière.

Ce qui est emmerdant dans tout ça, ce quel que soit votre niveau de compétences, acheter un thème premium, parfois, ça peut virer à la galère. Alors, ça va, on parle de 60$. Mais pour certaines personnes, c’est une somme. Et c’est chiant. On ne sait ce que l’on achète qu’une fois que l’on a mis le nez dedans.

Malheureusement, on ne sait jamais vraiment ce que l’on achète. Aujourd’hui, je suis et reste sur le thème Enfold que je recommande tant à mes clients qu’à mes contacts sur le web.

Avant de vous lancer dans un achat sur Themeforest

  • Faites une liste de vos besoins réels !
  • N’hésitez pas éliminer les « besoins » superflus,
  • Regardez l’onglet commentaires, vous pourriez y trouver des retours pertinents,
  • Existe-t-il un véritable support ou non ?
  • La date de création ainsi que la date de dernière mise à jour,
  • S’il existe un « change log » (une page qui répertorie les évolutions et corrections), jetez un œil dessus, vous serez à même de voir si oui non le développeur est réactif dans la correction des bugs,
  • S’il existe un test drive, n’hésitez pas ! Inscrivez-vous et testez le thème (mais c’est rare),
  • S’il existe des vidéos de démo, regardez-les, cela pourra vous donner un aperçu de l’usage du thème,
  • Faites une recherche sur Google type « wordpress review theme machin » (en anglais, vous trouverez plus de contenus).

Les cas des shortcodes

Avant de vous lancer : utilisez-vous des shortcodes liés à votre ancien thème ? Oui, sachez alors que ces derniers ne fonctionneront plus lors de la mise en service de votre nouveau design.

  • Dans le meilleur des cas, vous aurez des shortcodes partout dans vos pages.
  • Dans le pire des cas, vos pages seront tout simplement illisibles, et vous devrez toutes les refaire.

Dans les cas de quelques shortcodes qui trainent ici ou là, le plugin Hide Broken Shortcode vous sera d’un grand secours, le temps de nettoyer vos contenus. Oui, le plugin, c’est bien, mais nettoyer ses contenus et désactiver ensuite le plugin, c’est mieux.

Je change mon thème, en conclusion

Il ne suffit pas d’installer un nouveau design et en voiture Simone ! Non, prenez le temps de choisir et surtout, de faire une liste de tout ce que vous devez faire. Sinon, vous allez perdre du temps, des visiteurs, et des cheveux par poignées.