Infopreneurs, tous des escrocs ?

Voici un sujet qui agite le petit landerneau du blogging depuis quelques années désormais.

Un sujet parfois brûlant mêlant argent, gloire, « success story » foudroyante, menaces dans l’ombre et procès visant les clients mécontents trop bavards.

Un sujet fait d’experts sortis de nulle part, de jeunes personnes vivant chez papa et maman qui viennent vous expliquer comment gagner plein d’argent et vivre la vie de vos rêves.

Un sujet ou chacun y va de « sa méthode » pompée sur celle Jeff Walker. Un sujet ou l’éthique semblait avoir été oublié, un sujet ou la morale semblait être morte et le client un simple porte monnaie.

Un sujet où les promesses les plus folles s’enchaînent à un rythme de plu sen plus soutenu, où chacun sait, où chacun dit la vérité, et les autres sont des menteurs.

Bienvenu dans le monde des infopreneurs.

Et finalement, si on avait tout faux ? Et si nous nous étions laissé bernés par les quelques têtes (à claques) d’affiche de cette jeune corporation ?

Et si finalement les infopreneurs n’étaient pas tous des vendeurs de vent (ou de pelles, au choix), mais étaient bel et bien des entrepreneurs, comme tous les autres ?

Et si finalement les infopreneurs étaient également les victimes de ces pseudos stars prêtes à toutes les bassesses pour vendre leurs parents, pardon, produits.

Au cours des dernières semaines, j’ai eu l’occasion d’échanger avec quelques infopreneurs bien moins connus que les quelques guignols que nous avons l’habitude de croiser sur la toile. Aussi méfiant que je sois, j’ai trouvé le discours plus sincère, plus humain, ça change, ça fait du bien. 

J’ai discuté avec des gens ayant un discours plus centré sur le client et moins sur leur CA. Et quand il parle d’argent, nous sommes loin des folies des starlettes d’opérette. Alors, oui, ces personnes gagnent leur vie, utilisent des techniques de ventes connues, mais c’est fait proprement. A des tarifs raisonnables, sans promesses hallucinantes. 

Et puis, il y a un fait, qui m’a longtemps défrisé, mais qui m’aura donné quelques idées dernièrement. De par la définition de ce néologisme qu’est l’infopreneur, il se trouve que j’en suis, bien malgré moi et qu’il me faut l’assumer du mieux possible.

Un vrai débat, et non un procès !

Alors, autant jouer le jeu tiens ! J’ai envie de voir ce qu’il se cache au-delà des mous du bulbe que nous croisons partout, et d’aller à la rencontre de la majorité silencieuse qui compose l’infopreneuriat, envie de discuter, d’échanger, et pourquoi pas changer l’image de cette corporation.

Voici donc le #BlabHebdo de ce 23 mars, à 21h00 : Infopreneurs, tous escrocs ?

Nous essaierons de comprendre pourquoi les infopreneurs se traînent une si mauvaises image (étonnant pour des professionnels du webmarketing, vous ne trouvez pas ?), est-ce mérité, et comment cela peut-il changer ?

Ne vous attendez pas un procès, du sang et des insultes ! Rien de tout cela. Durant 2h00 Thomas et moi-même recevrons deux infopreneurs, et nous invitons toutes les composantes de cette corporation à venir discuter et échanger en notre compagnie pendant l’émission.

A mercredi soir !

Note : nous avons proposé à Aurélien Amacker de venir débattre ce mercredi soir. Ce dernier à refusé du fait de ma présence. Effectivement, je suis un vrai contradicteur, non acquis à sa cause. Si je ne suis pas étonné, je regrette ce refus, car le débat aurait pu être intéressant. 

Cet article "Infopreneurs, une si mauvaise image ?" a été publié par Stephane Briot