Comment bien se mesurer la nouille (et celles des « copains »)

Comment bien se mesurer la nouille (et celles des « copains »)

De l’importance de savoir qui pisse le plus loin

Qu’on le veuille ou non, le grand jeu de qui a la plus grosse reste une valeur sûre. Regardez ceux qui tentent de vous apprendre à bloguer par exemple, c’est à qui aura le plus gros CA. Personne ne sait ce qui se cache derrière ces chiffres, mais se la raconter en affichant 1 million de CA, ça te pose.

Enfin, ça te pose face à des gens ayant le neurone mou et le père noël comme référence majeure. Personne ne sait si le type a dépensé 999.999€ en pub pour en arriver là, mais voilà, ça fait son effet.

Et forcément, sur le blogueur débutant SM, ça fait son effet bœuf, le fameux effet « whaoo » cher à votre ami et mentor Steve Jobs.

Se mesurer la nouille, déjà, dans la cour de récré, c’était le grand jeu. Et déjà, je trouvais ça d’une connerie abyssale. J’avais, naïvement, hâte d’être « grand » pour passer à autre chose, je pensais que les adultes parlaient des vraies choses, avec des vraies valeurs dedans.

Au lieu de cela, c’est pire encore ! Parce que ces cons là, ils ont mis au point des outils pour se la mesurer encore et encore, et encore.

On a des experts de la mesure de la zigounette, et ça marche aussi chez la femelle, pour le coup, la parité est bien respectée. Demandez donc à @Flashbouze, experte en vide et en mesure.

Bon, faut reconnaitre l’exploit : mesurer le vide, c’est balaise. Et utile. Surtout utile. Influence, ROI, conversion, communauté, CA, et j’en passe, la mesure du lustrage de l’ego est partout, tout le temps.

Et chacun y va de son chiffre, de sa fierté. Sur l’échelle de 100, plus tu dépasses les 80, plus t’es une personne qui « compte ». Cool ! Tu sais compter jusqu’à 80 et plus. Ho putain ! C’est là que tu sens que ton MBA Marketing Com’ spécialisation digitale il est trop utile. Respect.

Faut dire que pour aller gratter du p’tit four dans les réunions mondaines, c’est l’passeport obligatoire. Sans ça, t’es rien, juste une sous merde.

Moi, ma zigounette, mes concurrents, ma déprime

C’est un peu comme ça que vos vous sentez devant votre écran quand sonne l’heure de devenir « entrepreneur ». Vos allez recevoir moult mails pour vous expliquer que vous ne comprenez rien à rien, mais que par chance pour vous, Tatie Danielle et Tonton Marcel, blogueurs pros émérites, à 99 sur l’échelle des 100, sont là pour vous aider.

Lire aussi :  Créer un blog rentable

Vous allez créer un blog au design professionnel en 5 minutes. Des titres impactant en 5 étapes, des contenus magnétiques en 4 leçons, une offre irrésistible en 7 points infaillibles. Le tout pour seulement quelques milliers d’euros et autant en bonus offerts par la maison. Garantie 365 jours assurée.

Back to school

Au départ, vous n’aviez pas vraiment l’intention de jouer à vous la mesurer, parce que vous avez pris de la bouteille, du recul. Mais insidieusement, tout vous pousse à revenir en arrière. Quel progrès !

Alors, pour faire comme tout le monde, vous y allez de votre « bilan », vous tentez d’observer vos concurrents. Et que voyez-vous d’autre que ce qu’ils veulent bien vous montrer ? Rien.

Mais vous prenez cela pour argent comptant. La belle naïveté que voilà. Et voilà ! Vous êtes tombé dans le panneau. Maintenant, quand vous vous la comparez aux autres, vous faites ce bon vieux complexe d’inférioté. En quelques secondes, vous venez de perdre des années.

Parce que désormais, vous allez stagner, déprimer, vous faire de belles aigreurs. Faut dire que l’autre tartuffe là, avec sa gueule de travers, ses airs condescendants, bah lui, il fait du chiffre, il a une putain de communauté, des likes à la pelle, et vous ? Rien.

De quoi vous coller le moral au fond de la cave pour un moment. Sans compter tous ces « influents » qui apparaissent dans les « top listes » des gens qui comptent, eux.

Vous ? À part dans la liste « looser » vous êtes persuadé que personne ne vous remarque. Peut-être votre chat qi vient chercher son câlin et sa bouffe. Mais au-delà ?

Au-delà ? Vous avez un peu vite oublié que vous bossiez pour vos clients, pour vous, et non pour vous la raconter dans les soirées ou les conférences.

La vraie, le seule et unique valeurs qui vaille

Vous avez des clients ? Ils sont satisfaits ? Vous rentrez un peu d’argent ? Votre activité croit doucement ? Bah voilà. C’est ça le principal.

C’est là-dessus que vous devez focaliser votre regard.

Le reste ? Mais qu’est-ce que vous en avez à carrer ? Sérieux ? Que Tartemoule fasse plus que vous ? Bah tant mieux pour lui.

Vous comparer à Tartemoule, sans savoir son histoire, ses moyens, ses réseaux, à quoi ça vous mène ? Rien. Rien de bon en tout cas.

Combien de startup font des levées de fonds hallucinantes pour se vautrer dans les 2 ans ? Combien de blogueurs expliquent à la terre entière qu’ils sont les plus beaux, les plus forts, les riches et finalement vivent dans des conditions limites dans des pays pauvres, ou tout simplement chez leurs parents, et vont finir par disparaitre dans les deux ans.

Lire aussi :  Comment gagner de l'argent avec un blog

Ce qui importe, ce qui doit capter votre attention, ce qui doit vos préoccuper avant tout autre chose, c’est vous, vos clients, votre CA. Ne perdez pas votre putain de temps et votre énergie à regarder la propagande des autres.

L’art de manipuler les chiffres

Parce que je peux ici vous dire que je gagne des milliers d’euros par jour. Qu’est-ce que cela vous apporte ? Que je suis une « autorité » ? Super ! J’ai dit un truc, et voilà, vous êtes « embrigadés ». Super. Maintenant, je vais faire de vos ce que je veux.

Il n’est rien de plus manipulable que les chiffres. Voici un exemple que j’ai utilisé dernièrement avec une cliente. Vous avez deux visiteurs par jour sur votre blog, et sur ces deux, il en est un qui s’inscrit à votre mailing list.

Deux façons de présenter les chiffres.

  • La première, c’est qui est un réflexe presque naturel en France : Ah merde, je n’ai qu’un seul inscrit par jour.
  • La seconde est très prisée par celle et ceux qui en veulent en imposer. On passe en pourcentage.

Et de suite, ça change tout : J’ai un taux de transformation de 50% ! Et bim !

Alors, pour votre bien-être mental, pour votre progression, je vous conseille la seconde version, elle va vous faire du bien. Mais sachez garder les pieds sur terre. Oui, taux de transfo de 50%, top ! Mais 1 inscrit/jour.

Regardez-vous le nombril, de façon positive et utile. Se lustrer l’ego (copyright Camille Gillet), si ça fait du bien un temps, ça ne va pas vraiment vous faire avancer. Tout comme passer votre temps à écouter la propagande de vos concurrents / amis / potes / connaissances.

 Envie de réagir ? Rejoignez la Tribu sur Facebook :)

Cet article "Comment bien se mesurer la nouille (et celles des « copains »)" a été publié par