Espoir

Il y a cette parfois cette envie de tout plaquer,

Il y a cette envie de tout lâcher,

Il y a le désir de tout envoyer valser,

A casser les murs, à briser le monde en deux,

A hurler de colère, en silence, en désespérance,

Il y a ce coffre de rêves brisés

Ces lumières éteintes année après année

Les étoiles dans les yeux, oubliées

Ces chemins quelque part disparus, à jamais,

Il y a l’appel du vide, du rien, du néant,

S’interdire, ce qu’il peut y avoir de pire : ne plus rêver, ne plus espérer.

Il y a l’âme sous perfusion de programmes taillés pour l’oubli

Zapper de vide en rien.

Chaque nuit pour s’assommer, encore et encore.

Une plainte, un renoncement, un regret.

On croit pouvoir tout oublier.

On croit pouvoir tout effacer.

On croit pouvoir.

Le cœur pourtant, jamais n’oublie.

Ni les rêves, ni les moments, ni les espoirs.

Rien.

Il suffit d’une étincelle, d’un rien, pour que tout ressurgisse,

Là, une musique

Là un mot,

Là un regard,

Et tout revient.

Les lumières pâles se revivent,

Le soleil blafard s’étincelle,

Le chemin à nouveau s’éclaire.

Nous avons tous le choix de nos rêves.

Nous avons tous le choix de nos vies.

Choisir est un courage.

Aujourd’hui, tout peut encore changer,

Qu’au crépuscule de nos vies,

Qui un jour, inéluctablement viendra,

Les mots de nos vies ne soient pas regret, oublie, abandon.

Que l’on inscrive à ma vie l’audace, l’envie, la foi.

Tout comme la mienne n’est qu’à moi,

Ta vie est tienne.

Exaltée ou ennuyeuse

Vivante ou mourante,

Remarquable ou inaperçue,

Brillante ou éteinte,

Fervente ou froide,

Émouvante ou banale,

Humain ! Ce n’est qu’à toi que le choix appartient.

Et si tu te laisses croire le contraire,

Que fais-tu là ?