Faire le sexe !

Sexe : le sujet taboue par excellence

Le sexe ! Ô mon Dieu !!! Ha le cul mes amis ! En dehors des blogs spécialisés, rares sont celles et ceux qui osent en parler. C’est que le sujet reste tabou. On a beau parler de sexualité libérée dans les médias, dans la réalité des faits, les langues ne sont pas vraiment déliées.

Pourtant, le sexe est l’un des piliers d’un couple heureux. Et un entrepreneur qui vit en couple a aussi besoin de se sentir épanoui dans sa sexualité. Hé ouais.

L’entrepreneur, il ne fait pas le sexe*

En fait quand le je lit les blogs de développement personnel, ou ceux qui sont à la croisée des chemins entre l’entrepreneur et le dev’ perso, c’est à croire que l’entrepreneur est une bête de travail.

Il ne fait que bosser et voyager cet animal. Putain, une vraie vie d’abstinence, un moine, ou une none. Le sexe ? Mais mon dieu, vous n’y pensez allons ! Bon, en même temps, quand je lis certains blogs, il est heureux que leurs propriétaires aient pris la décision de ne pas se reproduire. Merci !

Dans cet article, je vais autant m’appuyer sur ma propre expérience (oui, je m’éclate dans en et dehors du lit avec ma femme depuis plus de 15 ans) et sur la lecture d’un livre dont je vous donnerais référence ultérieurement.

Coup de fusil aux idées reçues sur le sexe

1 : Non, le cul, ce n’est pas l’unique base du couple. Vous pouvez bien vous entendre au lit (et autour) sans pour autant vivre une vie de couple épanouie. Le sexe est l’un des piliers, mais pas l’unique. Une maison, c’est 4 murs (ou plus). Le sexe est l’un de ces murs. Si vous n’avez que ce mur-là, en hiver, vous allez vous sentir cons.

2 : Le cul, c’est n’est pas le paradis à chaque coup ! Il existe une pression sociale très forte dans les médias, le cinéma, les livres, qui veut que le sexe, bah c’est toujours un truc intense, un kiff monumental.

Hey ! Faudrait revenir sur Terre les enfants, parce que là, vous allez être vachement déçus, si ce n’est pas déjà le cas.

Le sexe, ce sont des centaines de variations, de tas de jeux différents, des moments et des instants soumis à nos humeurs, nos envies. Alors, non, ce ne peut être systématiquement le grand kiff.

Le sexe dans un couple peut être ce kiff, et il peut aussi être un jeu, il peut être relaxant, amusant, stimulant, simplement agréable, divertissant, antistress, terre de découverte, variation d’un plaisir déjà éprouvé, tendre, animal, romantique, ou « violent ». Le sexe peut prendre bien des formes, et c’est TANT MIEUX ! Parce qu’a force, on s’emmerderait sévère.

3 : Tout le monde le fait… faisons-le ! Vous n’avez rien de mieux comme connerie ? Hey, dans les cours d’école, y’a des gosses qui jouent au jeu du foulard, vous allez dire à vos mômes de jouer ? Bah non hein. Bah voilà, le cul, c’est pareil !

Loin de moi l’idée de vous dire de ne rien tenter, bien au contraire. En revanche, avant de vouloir vous lancer dans des nouveautés, en parler ? Non ? Ah, oui, faut oser parler. Aïe.

Partager et non imposer, ça peut être sympa

Oui, parler ! Se parler, en matière de couple, c’est bien. Ça ne résout pas tous les problèmes, et cela évite pourtant de s’en créer de nouveaux.

Il n’est pas question d’imposer à l’autre, mais bien plus de partir ensemble à la découverte, si tant est que les deux le veuillent. Les raisons peuvent diverger, toutefois, chacun doit être en quête de plaisir, du sien. L’idée de vouloir faire uniquement plaisir à l’autre, en oubliant son propre plaisir, c’est bien, c’est beau, c’est romantique, mais ça ne tient pas la route un brin. La notion du sacrifice, je vous recommande d’oublier.

Repousser ses limites en matière de sexualité est tout sauf anodin. Si par malheur l’un venait à imposer ses désirs à l’autre, vous pourriez vous retrouver dans de sales draps.

L’éducation par le silence

Une fois poser cela, il nous faut parler d’un truc bien emmerdant. Je ne sais pas vous, mais pour ma part, j’ai grandi dans une famille ou la question du sexe était des plus tabous. Si à 12 ans je rougissais devant un bout de poitrine, j’aime autant vous dire qu’il ne fallait pas que je sois pris par la patrouille, sous peine de passer pour l’obsédé de service.

Dans une grande majorité de nos familles, pour la question du sexe, c’est démerde toi Pollux ! Bon, si jamais tu devais choper le sida ou te retrouver parent à 15ans, t’aurais bien le droit à une morale d’enfer.

Le sexe, il ne faut pas en parler. Regardez le nombre de couples qui n’ont jamais osé aborder le sujet ensemble. Chacun pesant que l’autre va comprendre tout seul. Bah oui, la télépathie, c’est un pouvoir que l’on chope quand on couche ensemble, c’est bien connu ça. D’ailleurs, ça marche tellement bien, que ça ne marche… pas.

Liberté sexuelle, tu parles !

Comme toute liberté, la liberté sexuelle par la découverte de soi, le fait d’oser être soi en dehors de toutes pressions ou normes sociales. Ce n’est quand pas aux magazines, aux films, ou aux blogueurs de vous dire comment baiser bordel !!

Je te donne, donne, donne ! Ou le sexe vu par le mâle (mon dieu…)

Le seul truc qui vaille d’être dit et répéter, c’est qu’il est important de vous soucier autant de votre plaisir que de celui de votre partenaire. J’entends encore trop de mâles faire les malins et croire qu’ils apportent du plaisir à leur partenaire en les pilonnant des heures durant. Hey les mecs, le cul, c’est pas les J.O ! Youhou, debout !

En même temps, quand on est persuadé que la virilité passe par une plaquette d’abdos et un gros pénis, forcément, ça limite l’usage de la bouche, des mains, du corps.

La base d’une sexualité épanouie, c’est le dialogue. Vous ne serez pas d’accord sur tout. Alors, sachez déjà passer au-delà de la gêne à parler cul avec votre partenaire (hey, ne le dite à personne, mais votre partenaire, il vous a déjà vu tout-e nu-e, si, si…).

Au passage, si vous n’en parlez pas avec lui, d’une comment ce partenaire va-t-il savoir ce que vous aimez ou non, et avec qui allez-vous en parler ? Votre maman ? Votre copain/copine ? Ah oui, c’est vachement utile tiens !

Encore une fois, le plan « l’autre doit savoir parce qu’il m’aime », c’est dans les films. Et les films, encore une fois, ce n’est pas la réalité !

Parlez-vous ! Et parlez aussi de tout ce que vous partagez de bon, d’agréable, n’ayez pas honte, vous l’avez fait ! Délier les langues vous permettra aussi de parler de ce que vous avez envie d’essayer.

L’amour de se dire les choses qui vont bien, c’est aussi bon que l’amour des corps. L’un et l’autre s’entretiennent et vous mettent dans une dynamique positive, qui permettra aussi de se dire tendrement ce qui parfois est moins bien.

Alors, avant de “faire le sexe“, si vous en parliez ?

*Faire le sexe : expression que je dois à ma fille de 9 ans 🙂