La preuve sociale

Le mensonge par la preuve sociale

La preuve sociale est l’un des plus puissants leviers de manipulation. Je ne parle pas volontairement d’influence, mais bien de manipulation de l’audience. Voyons pourquoi.

Posons d’abord la « preuve sociale » dans l’univers physique. Une personne regarde en l’air. Curieuse, une deuxième personne va elle aussi regarder en l’air. Une troisième, intriguée, va s’arrêter et lever le nez pensant qu’il y a quelque chose à voir. Et ainsi de suite.

Autre exemple très connu : rentreriez-vous dans un restaurant vide ? Votre première (et naturelle) réaction serait d’avoir des doutes sur la qualité du restaurant puisqu’il est vide.

L’incitation, les coulisses que vous ignorez

Vous avez compris le truc ? Plus y est de personnes qui font quelque chose, plus nous sommes tentés d’en faire autant, par mimétisme, par conformisme.

Et c’est là que la manipulation entre en jeu. C’est là que les plus malhonnêtes des marketeux vont s’emparer de la chose pour vous faire faire un acte d’achat que vous n’aviez pas prévu de faire.

Prenons Amazon. Un illustre inconnu du grand public sort un livre. Il va envoyer à sa liste une incitation à l’achat ET au commentaire positif. Quelque chose du gout « pour tout achat de mon livre et pour tout commentaire déposé, je vous offre une formation d’une valeur de 97 euros »

Je vous laisse imaginer la puissance de la chose. Certains livres de plus de 600 pages se sont ainsi retrouvés en tête des ventes dès le premier jour avec plus de 50 commentaires élogieux. Le premier jour. Se fader 600 pages d’un bouquin en une journée, et venir en bout de course, plein d’enthousiasme, déposer un super commentaire sur Amazon ? Surprenante attitude non ?

L’objectif ? Manipuler les visiteurs d’Amazon en propulsant artificiellement le livre en tête des ventes. À ce petit jeu, il vous sera impossible de savoir si le bouquin est vraiment bon. Vous serez tenté de l’acheter et alimenterez ainsi la machine à vente. C’est vous qui perdez (coup de bol, le bouquin peut être bon… c’est rarement le cas, vous pouvez tenter votre chance).

La preuve sociale manipulée

Preuve sociale numéro 1 : Les avis clients

On prend la même méthode de l’incitation pour cette fois demander un avis positif sur un produit type formation, toujours avec une carotte au bout, sinon, qui viendrait déposer naturellement un commentaire ? En tout cas, pas des centaines de personnes.

On peut pousser le truc, et demander à des connaissances de faire des faux témoignages pour vanter les résultats de telles ou telles méthodes. On trouve cela sur tous les produits miracles (amour, minceur, blogueur pro,…). Avez vous déjà vu des dizaines de témoignages clients en vidéo sur des produits classiques ? Rarement. Et là, paf ! Y’a foule !

Preuve sociale numéro 2 : Les partages sociaux

Ici, c’est encore plus facile. Il suffit de connaitre les scripts utiles et les quelques astuces pour faire gonfler vos compteurs de partages. Plus c’est haut, mieux c’est ! Et ça ne prend pas plus d’une minute pour afficher 250 partages sur tels ou tels réseaux. Si c’est partagé, c’est que c’est un bon article, pas vrai ?

Vu dans la presse ou vu sur d’autres blogs

Vous avez écrit un billet invité sur un blog connu, et hop ! On prend le logo et on l’affiche sur son blog. Vous avez un blog sur les Echos, Le Monde, et hop on affiche le log du célèbre journal. Jamais vous n’avez été cité par un journaliste dans un billet, vous avez simplement un blog sur leur plateforme.

Et comme personne n’ira chercher à vérifier les faits, c’est tout bon. Vous venez de vous créer une expertise en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Preuve sociale numéro 3 : Le nombre de fans ou de followers

J’en ai déjà parlé, il est très facile d’acheter des likes ou des followers sur les réseaux. Pour démasquer la chose, prenez le nombre de fans d’une page et regardez ensuite le nombre de like ou de commentaires sur les publications.

Si vous avez 44K fans et 30 interactions (commentaires ou likes), ça pue l’achat de like via des pubs. En gros, les gens s’en cognent, mais on liké par réflexe ou pour voir, et ne se sont jamais désengagés de la page.

Ce faisant, cela sert le malhonnête qui va utiliser ces chiffres pour se mettre en avant « déjà XXX milliers de fans convaincus ». Convaincus ? Vraiment ?

Preuve sociale numéro 4 : 45% de gens ont fait ceci

Whaou ! 45%, c’est énorme ! Ça en fait du monde. C’est que ça doit valoir le coup. Vous êtes-vous demandé 45% de combien ? Parce que 45% de 10 personnes ou 45% d’un million, c’est pas pareil.

Preuve sociale numéro 5 : la vente lors d’un webinair

“Merci Michelle ! Bienvenue à toi dans le club privé blog à succès”. Si vous avez déjà assisté à un webinaire, vous avez peut-être déjà entendu cette phrase. Mais, quelle preuve avez vous que Michelle est déjà bien présente en ligne puisque vous n’avez ni la liste des participants, ni le nombre. Et comment pouvez-vous être certain que Michelle vient bien d’acheter le produit ?

L’objectif ? Si Michelle achète, c’est que le produit est bon. Et cela va vous inciter, en plus des tonnes de bonus offerts, à acheter le produit.

Comment vous protéger ?

Voilà comment les plus malhonnêtes peuvent arriver à tirer bénéfices des réflexes humains. Alors, comment vous protéger de cela ?

Un livre d’un auteur inconnu au bataillon qui affiche 5 étoiles et près de deux cents commentaires ? Prenez un auteur un plus réputé dans le même secteur, et comparez le tout.

La qualité des témoignages, la date des témoignages, le nombre d’étoiles. Si un bouquin reçoit beaucoup d’avis très positifs le même jour où sur une courte période, méfiez-vous. Certains auteurs très connus, réputés, ont moins de commentaires et d’avis positifs qu’un inconnu ? Logique ? 

Une formation en ligne reçoit des dizaines de commentaires tous très positifs ? Étrange ! Qui irait, spontanément, faire un témoignage vidéo ? Là, visiblement, pour ce produit, ils sont tous pris d’une frénésie commune pour vanter les mérites du produit ?

Dans les deux cas, il est à parier que le vendeur leur a promis quelque chose en échange.

D’expérience, j’ai constaté que plus ces techniques sont utilisées de façon groupée, plus la personne qui les utilise est malveillante. Son objectif est de vous manipuler, donc de vous tromper sur la qualité réelle de son produit.

Attention, je ne dis pas que toutes les personnes ayant recourt à la preuve sociale sont des pourris, loin de là. Je vous incite à ne pas vous laisser attraper par le principe de cohérence lié à la preuve sociale en prenant un peu de recul sur les chiffres annoncés. Vous n’avez pratiquement aucune preuve. Tout cela ressemble à s’y méprendre à de la propagande. Et on sait ce que vaut cette dernière.

La vérité attend, seul le mensonge est pressé (A. Vlahuta).

PS : Loin de moi l’idée de moraliser qui que ce soit. Chacun est libre de ses actes. La preuve sociale fait partie de l’attirail du marketing, vous pouvez l’utiliser à bon escient. A vous de faire comme bon vous semble.