Le guide de votre premier live

Facebook live, comment bien débuter

La révolution du Live est terminée. Le live n’est désormais plus une révolution, c’est un outil de communication à part entière.

Charge à chaque entrepreneur de le considérer comme tel et de l’inclure ou non dans sa propre stratégie.

Quelle plateforme utiliser ?

Au passage, lisez ceci. J’entends souvent des effets d’annonce du type, telle plateforme vient de sortir tel truc, c’est génial, il faut à tout prix l’utiliser, sinon, vous allez rater le train, il faut en être !!

Oui, bien. Le truc, c’est qu’à écouter toutes annonces plus fantastiques les unes que les autres, l’entrepreneur que vous êtes doit donc être présent sur l’ensemble des médias sociaux !!! Rien que ça.

Il faut être sur :

  • Snap
  • Instagram
  • IGTV
  • Facebook
  • Facebook Live
  • YouTube
  • YouTube Live
  • Twitter
  • Periscope
  • LinkedIn
  • Et j’en passe !

Et bien entendu, le top, ce serait du contenu unique pour chacune de ces plateformes. En gros, vous allez devoir devenir une société de production.

Je ne sais pas quel est votre métier actuellement, mais oubliez-le ! Vous êtes le futur TF1 du web !

Oui, mais non !

Ce que je crois profondément, c’est que vous devez tester et mesurer l’impact des diverses plateformes pour en choisir une ou deux, celles qui vont vous apporter la meilleure visibilité ou le meilleur R.O.I. Voilà.

Pour en revenir au live, oui, c’est une excellente opportunité de créer et fédérer une communauté autour de vous. Et cela ne va pas se faire rapidement non plus.

De ce que je constate, pour des « petits » entrepreneurs, le nombre de spectateurs varie de 2 à 20 (durant le live).

Là où cela devient pertinent, si vous utilisez Facebook Live, c’est pour le reach. Facebook va « pousser » votre live sur les timeline de vos amis/abonnés (selon que vous fassiez un live depuis votre profil ou votre page pro).

Ce petit coup de pouce de Facebook va vous permettre d’obtenir pas mal de vues en mode replay.

Partez du principe que l’internaute préfère le replay : il visionne ce qu’il veut, quand il veut.

Donc, pas de panique si vous n’avez que peu de monde en direct ! Et ne faites pas du live dans l’idée de vendre vos produits.

Le live, c’est avant tout de l’information

Faites du live pour informer ! La vente viendra plus tard. L’internaute veut de l’info utile, concrète, si possible « marrante » (il veut se divertir).

Si comme moi vous n’avez rien de marrant à raconter, alors distillez vos infos avec une touche d’humour, cela rendra la chose plus légère, plus agréable. Et l’humour est un puissant vecteur.

Se lancer dans le live demande un minimum de préparation, qui est plus est si vous n’êtes pas naturellement à l’aise avec l’outil vidéo et avec votre image.

Les 11 points essentiels pour débuter son live en toute sérénité

Entrons dans le vif du sujet ! Voici la liste des points importants à vérifier avant d’appuyer sur le bouton « diffuser ».

Ces conseils s’appliquent aussi bien pour Périscope que Facebook Live. Dans les deux cas, il est question de live, seul l’outil change.

  1. Ne soyez pas à contre-jour, on ne verra que votre silhouette
  2. Êtes-vous bien éclairé, la lumière est-elle suffisante ?
  3. Soignez votre tenue, se rhabiller devant la caméra, ce n’est pas glam’
  4. Votre batterie est-elle pleine ?
  5. Avez-vous du réseau plein pot ? (wifi – Attention à la 4G, ça peut facturer cher)
  6. Avez-vous votre sujet en tête (en cas, préparez-vous un plan écrit)
  7. Si vous avez des visuels à montrer, préparez-les avant de commencer
  8. Le titre de votre live est-il pertinent, parle-t-il clairement du contenu à venir ?
  9. Choisissez un lieu où vous êtes à l’aise (hors sujet d’actu en pleine rue, là…)
  10. Avez-vous un trépied ?! Non, courez en achetez un alors !
  11. Utilisez votre « kit piéton » pour avoir un micro non loin de vos lèvres, ça aide pour le son Souriez

En résumé

Soyez présentable, bien éclairé que l’on puisse vous voir, dans la mesure du possible, un trépied pour avoir la caméra à hauteur de vos yeux, un micro en état de marche que l’on puisse bien vous entendre.

Ces points, aussi basique soit-il, sont primordiaux. Et je parle aussi bien pour les passionnés que pour celles et ceux ayant une orientation business.

Dans les deux cas, nous faisons du live pour avoir une audience, une interaction. Alors, autant mettre un maximum d’atout de son côté.

Vous êtes stressé ? Buvez un grand verre d’eau, respirez profondément. Et soyez assuré que nous avons toutes et tous connu cette angoisse. C’est humain, normal, logique. N’ayez crainte, tout se passera bien.

Accueillez votre public

Périscope et Facebook proposent par défaut le visionnage en replay (rediffusion). Lorsque vous allez lancer votre diffusion, il se passer quelques secondes avant que les premiers spectateurs n’arrivent. Ce laps de temps est très important pour votre replay et vous ne devez pas (comme je le fais parfois) rester silencieux.

Profitez donc ce temps de latence pour saluer les spectateurs du replay. En effet, lorsque vous regardez la rediffusion, vous êtes de suite dans l’immersion. Si vous arrivez devant une vidéo ou rien ne se passe durant les 20/30 premières secondes, vous allez partir.

Donc, débutez votre vidéo avec un simple « Bonjour à celles ceux qui regardent ce replay », puis, présentez-vous rapidement. Il est ensuite temps d’accueillir vos premiers spectateurs.

Ici Facebook et Périscope divergent. Sur Périscope, quand une personne rejoint votre émission, son nom s’affiche. Vous êtes alors tenté de saluer tout à chacun. Louable intention, mais intenable.

Sur Facebook, vous avez le nombre de spectateurs, et c’est tout. Vous savez si untel ou untel est là au moment où la personne va commenter.

Le live, c’est l’interaction

Oui ! La diffusion en direct, c’est aussi et surtout l’interaction, la proximité avec le public. De fait, les règles de base s’imposent, on appelle cela… la politesse, la courtoise. Dites bonjour et saluez vos spectateurs, remerciez-les d’être là, avec vous. Ce n’est rien, mais ce ne mange pas de pain, et surtout, vous faites preuve d’ouverture, vous allez en direction de votre audience.

Annoncer son sujet proprement

Ensuite, annoncez simplement le sujet de votre émission. Évitez le banal « Alors dans cette vidéo je vais vous parler de… ». Nous savons que c’est une vidéo, inutile de prendre vos spectateurs pour des cons (( :

Essayez donc plutôt une formule du style

« Bonjour à toutes et tous, merci d’être au rendez pour ce nouveau live ! Aujourd’hui, nous allons parler de… »

Alors ici, certains préfèrent utiliser le « je vais vous parler ». Dans mon cas, j’alterne le « je » et le « nous ». J’aime le nous, car il embarque le spectateur, il le place au cœur, le « nous » appelle également à l’interaction. Et c’est aussi cela que nous voulons. De l’interaction, de la vie !

Gérer les commentaires

Dans le live, que cela soit sur Facebook Live ou périscope, vous allez devoir gérer les commentaires. C’est une sacrée gymnastique au départ. Il se peut que vous sentiez rapidement dépassé par le flux. Ne perdez pas pied. Gardez votre calme. Excusez-vous, et reprenez. N’ayez crainte, les spectateurs sont bienveillants.

Sur Périscope, les commentaires disparaissent rapidement, ce qui peut entrainer un stress supplémentaire, une application comme « scoperchat », ouverte sur votre écran d’ordinateur peut vous aider.

Sur Facebook, ils restent à l’écran, donc, vous avez tout loisir d’y revenir quand bon vous semble.

Dans tous les cas, gardez votre calme, personne ne va vous mettre une balle entre les deux yeux. Expliquez à votre public que vous débutez, que vous prenez vos marques, et tout ira bien. Et surtout, respirez, souriez !

Vous n’avez pas de commentaires ?

Alors, allez les chercher ! Demandez l’avis des gens, posez-leur des questions, interrogez-les ! Faites les bouger, réagir, secouez-les gentiment. N’ayez pas peur ! Il arrive parfois que l’audience mette du temps à se « chauffer ». C’est plus le cas sur Facebook Live que sur Périscope où les spectateurs sont habitués à prendre la parole.

Le live c’est l’authenticité

Être en direct, c’est aussi savoir être soi. Vous êtes ce que vous êtes. Ne jouez pas un rôle. Car il se peut que vous rencontriez un jour, physiquement, certains de vos spectateurs. Ces derniers attendent de vous que vous soyez ce que vous êtes.

L’animateur télé tout sympa devant les caméras et gros con dans la vie, non. Le live streaming, c’est la réalité du terrain. Le live streaming c’est aussi la reconnexion des médias à la vie réelle, avec tout ce qu’elle de bon et de mauvais.

C’est en étant vous et rien que vous que vous pourrez créer une communauté forte, que vos spectateurs deviendront « fans » et pourront s’identifier à vous, accepterons de vous suivre, de relayer vos infos. Ne passez pas à côté de l’essentiel : vous.

Comment bien finir votre live ?

Il est temps de conclure. Avant de « rendre l’antenne », il est bon de rappeler votre nom, l’adresse de votre blog (si vous en avez un), votre compte Twitter, d’appeler les gens à vous suivre, à partager votre émission.

Voici une base que vous pouvez adapter à vos besoins : « Ce live touche à sa fin ! Vous étiez avec XX dans l’émission XX. Vous pouvez me retrouver sur Twitter @XX, sur mon blog http://XX, n’hésitez pas à me rejoindre ! Vous pouvez également partager ce live, dès à présent. Merci de m’avoir suivi, merci pour vos commentaires. On se retrouve (demain | la semaine prochaine | le mois prochain | Jamais, je vais disparaitre de la terre après ce live) encore merci, une bonne journée à toutes et à tous, salut !»

Voilà, simple, efficace, et tout y est. Savoir bien finir son live est aussi important que de bien le commencer. C’est la dernière note. Un peu comme la dernière chanson d’un concert. Et cette dernière chanson, c’est souvent un tube, un truc qui marque. Il faut que le spectateur sorte avec le sourire, avec de l’énergie positive.

Si la première impression est toujours importante, la dernière impression sur un live l’est tout autant, elle va modeler le souvenir dans l’esprit de vos spectateurs. Ne vous loupez pas. Réussir sa sortie, c’est aussi donner envie au public de revenir vous voir.

Un outil marketing pour Facebook Live

Lorsque vous faites un webinaire, côté marketing vous êtes tranquille : vous avez les mails de vos spectateurs, il est donc possible de les relancer et/ou d’entamer une relation marketing classique.

Avec un live, dans la majeure partie des cas, c’est impossible.

Du moins, c’était impossible. Car désormais, nous avons à notre disposition des outils comme les « chats bots » qui nous permettent de pouvoir rentrer en relation avec nos spectateurs, si ce dernier le désire.

Le chat bot redonne effectivement le pouvoir au prospect. Tant que celui-ci n’a pas clairement exprimé l’envie de rentrer en contact avec vous, impossible (légalement) de faire quoi que ce soit.

En ce qui me concerne, j’utilise l’outil Manychat depuis quelques jours. Et j’aime assez !

Note : ManyChat est obligatoirement relié à une page pro Facebook. Il ne fonctionne pas avec un profil

Exemple d’utilisation de Manychat

  • Vous préparez une séquence de chat
  • Vous planifiez votre live
  • Vous récupérez l’URL du Live
  • Vous utilisez l’outil « facebook comments » de Manychat
  • Vous définissez un mot clé qui sera le déclencheur de votre séquence
  • Durant le live, dans les commentaires, l’internaute tape le mot clé que lui indiquez
  • La séquence s’enclenche dans son Facebook Messenger

Efficace !

Manychat propose plusieurs outils d’acquisition d’abonnés, comme des liens à insérer dans vos mails, des widgets et des popups pour votre blog, et dans sa version pro (10$/mois), un système de paiement en ligne via Stripe.

Avec ce dernier outil, vous pouvez donc vendre directement dans Facebook Messenger !

Attention toutefois à ne pas spammer vos abonnés, Facebook pourrait très vite fermer votre page pro.

Vous pouvez créer un compte gratuitement et utiliser l’outil Manychat pour vous faire votre propre idée.

Conclusion

Vous voilà prêt ! Alors oui, le premier live, cela vous remue toujours les tripes, cela vus pousse le palpitant dans les tours, cela vous noue la gorge. Rien de dramatique. Il faut se lancer, et puis voilà.

Mais il est une chose dont je voudrais vous parler pour finir. Le live streaming, ce n’est pas de la télé. Ce n’est pas aussi formel. Alors, profitez-en ! Cassez les codes, les barrières, testez, explorez, plantez-vous, apprenez, mais surtout, surtout, et j’insiste lourdement sur ce tout dernier point :

AMUSEZ-VOUS ! Donnez et prenez du plaisir, celui d’être là, de discuter, tout simplement.