Les 7 mythes du travail en ligne

Travailler en ligne : ce que vous devez savoir

Le travail en ligne : Life stylers, digital nomad, blogueur pro, et j’en passe ! Les terminologies marketing ne manquent pas pour vous vendre du “changer de vie” facile et le “travail en ligne“. C’est rapide, c’est simple.

Voici donc les 7 mythes que vous devez tout de suite oublier si vous voulez vous donner une vraie chance de réussite.

1 Avec le travail en ligne, fini le métro-boulot-dodo

C’est vrai ! Terminé la célèbre routine du métro-boulot-dodo, cible des entrepreneurs sur internet. A vous la liberté totale, se lever quand on veut, bosser quand veut, comme on veut. La belle vie ! Ou presque.

Parce que ce que l’on ne vous dit pas toujours, voire jamais, c’est que les heures passées dans le métro, vous n’allez pas les troquer contre du loisir, mais du boulot ! Vous pensiez vous affranchir des 8h00 de boulot ? J’ai une bonne nouvelle ! C’est vrai.

  • Oui, c’est vrai. Vous n’allez plus bosser 8h00 par jour, mais une bonne dizaine !
  • Le travail en ligne, les premières années, c’est boulot-boulot-dodo. Faut pas rêver.
  • Travailler en ligne, ce ne sont pas des vacances (désolé de casser le mythe)

2 Avec le travail en ligne, je bosse d’où je veux

Vrai ! Vous allez pouvoir travailler depuis votre salon, votre chambre, vos toilettes. Elle est pas belle la vie ?! Ah vous pensiez à bosser depuis n’importe où sur le globe ? Bah va peut-être falloir engranger un peu de blé avant de vous tirer.

Remarquez, vous pouvez toujours faire comme tant d’autres blogueurs : partir dans un pays pauvre, pardon, émergent, c’est plus class’, le genre de pays où avec 500 euros vous êtes les rois du pétrole et où la fiscalité est avantageuse. Sacrée ambition dites-moi pour des gens qui veulent changer le monde.

Se la jouer Roi dans un pays pauvre et venir cracher sur la France, chacun fait comme il veut, pour ma part, je trouve cela petit. Si t’as pas les moyens pour vivre correctement en France, bah c’est juste que tu devrais te bouger un peu plus le cul non ?

3 Je travaille en ligne, je suis libre et indépendant

Fini les ordres de con de patron, terminé la dictature vestimentaire, fini le rasage, l’épilation, fini la fiche de paie, la cantoche le midi, la tronche de con des collègues ! Je suis libre, je suis indépendant ! Ah, qu’il est bon de se sentir libre, de sentir totalement indépendant.

C’est bon, vous avez fini de rêver tout debout ? D’une, si vous n’avez pas une discipline de fer (je me lève tôt, je prends ma douche, je me mets en mode boulot), vous allez vite déchanter. De deux, vous serez toujours dépendant de deux choses : le marché et vos clients.

Sinon, vous pouvez tenter votre chance à l’euromillions pour devenir rentier et être indépendant financièrement, ça rapporte plus que de travailler à domicile

4 Le travail en ligne, c’est le business automatisé

Alors celle-là, je l’adore ! je vais créer un business 100% automatisé, et voilà, après ça, à moi la belle vie. A bien y regarder, que font celles et ceux qui ne parlent que ça ? Ils font comme leur grand dieu, Tim Ferris : ils sous-traitent !

Les putains de génies, pour automatiser leur boulot, ils font bosser des freelances dans des pays émergents, à 5 euros de l’heure ! Ah ouais, c’est beau. Mais bon, grâce à eux, les pauvres sont moins pauvres, c’est éthique.

C’est aussi ce que pensent les grandes multinationales quand ils nous vendent la mondialisation. Changer le monde, un monde meilleur ? Vraiment ?

Avant d’automatiser votre business, cherchez donc des clients. Pas de client, pas de business, et travailler chez soi n’apporte pas implicitement plus de client.

5 Le travail en ligne permet de gagner beaucoup d’argent rapidement

Le célèbre marché de niche : il suffit de te trouver une niche rentable, de créer un blog, ou mieux, un produit, parce qu’au fond, t’as pas vraiment besoin d’un blog, et roule ! Regarde, moi, en un mois, j’ai gagné 3k euros ! Une page de capture, un bon produit, une page de vente, et roule !

Wooooo ! Trop easy. Ah c’est sûr que présenté ainsi, ça donne grave envie. Bon, ici, on ne vous dit pas depuis combien de temps le type bosse pour créer sa liste d’abonnés, combien il a dépensé pour la créer, etc, etc, etc… Effectivement, au bout du compte, c’est 3k euros sur 1 mois. Mais après combien d’années de vaches maigres ?

Travailler de chez soi ne va ps vous rendre plus riche, plus rapidement.

6 Travailler en ligne, c’est ne plus être esclave d’un patron

Oui, et puis, surtout, en démissionnant, t’es certain de pas toucher tes indemnités de chômage, comme ça, t’auras bien le couteau sous la gorge, la pression et tout ce qu’il faut pour te vautre et te mettre le moral dans la cave !

Sans un rond, payer le loyer et la bouffe, ça va être coton. Puis pour peu que vous ayez des gosses, ça va être sympa de se retrouver avec les huissiers au cul pour les factures impayées. Allez-y, collez donc votre démission !

Travailler sur internet pour ne plus être esclave d’un patron, et je dois quand même m’occuper de mes clients, sinon…

7 Le travail en ligne ne demande de compétences particulières

Bah oui, un blog pro, ça se monte en 5 minutes, y’a des outils trop faciles à utiliser pour créer les pages de captures, les pages de ventes, tout s’automatise !

Bah ouais… Dites, juste une question comme ça en passant. Si tout est si facile, comment se fait-il qu’il n’y ai pas plus de super réussites fulgurantes ?

Le travail en ligne (ou pas), ça demande des compétences, point.

Conclusion

Ah tout de suite, ça fait moins un peu moins rêver, c’est moins vendeur, mais la vraie question à vous poser, c’est de savoir si vous avez vraiment l’intention de réussir, ou de dépenser vos économies pour vous payer une tranche de rêve avant de retourner là d’où vous venez, avec le moral en vrac ?