Comment faire du marketing ?

Pas de panique, vous en faites déjà

A bien y regarder, tout le monde court après la même chose, être visible. Nous avons toutes et tous besoin de visibilité, de faire connaitre notre blog que que nous avons fièrement mis en ligne.

Il n’empêche, si vous êtes un tantinet honnête avec vous-même, vous écrivez pour être lu. Personne n’écrit pour la beauté du geste, du moins, pas sur internet. Écrire pour écrire, c’est le bon vieux Moleskine (que j’adore !).

Sur la toile, même le plus timide des timides espère bien qu’un jour il sera lu par erreur par un tiers qui le fera connaitre aux autres. Et la marmotte…

J’entends souvent des « puristes de la toile » me dire quelque chose comme « le marketing, ça fait chier, j’suis pas là pour vendre, je n’ai rien à vendre, ce n’est pas ça le net ». J’entends d’autant plus le message que j’étais exactement comme eux !

Cependant, pour vendre, il faut bien, tôt ou tard, tout mettre en place pour faire connaitre son entreprise, sinon, il ne se passera jamais rien.

Du marketing au quotidien

Hé bien, le simple fait d’utiliser un bouton de partage sur un site, c’est un geste marketing. Le simple de liker, RT, plusser, c’est du marketing. Nous nous mettons nous-mêmes dans une démarche de promotion d’un contenu x ou y.

Par exemple, Julien (prénom fictif) déteste le webmarketing, et le marketing tout. Julien vient de terminer la lecture d’un billet qui découpe ces deux activités en lamelles fines. Que fait notre Julien ? Il partage sur les réseaux : « Putain, lisez ça les gens, c’est de la boulette ! ». Bravo, belle action de marketing virale !

En faisant cela, Julien agit naturellement comme un marketeur. En soi, le marketing, ce n’est pas sale. C’est ce qu’en font certains (suivez mon regard vers le blogueur pro là bas) qui l’est. Un marketing de masse, sans finesse, sans réflexion, agressif avec un message bas de gamme.

En même temps, faire passer de la merde pour du Channel, ce n’est pas donné à tout le monde, faut quand même avoir le niveau, ce que n’ont pas nos « amis ». Passons…

Pour en revenir à Julien, il se tire lui-même une balle dans le pied. Pourtant, dans son esprit, cet acte est plus une action de militantisme qu’autre chose. Il s’échine pour répandre ce qu’il estime être la bonne parole. Alors, il s’active sur les réseaux, il publie sur son blog, il fait tout pour que son message soit entendu.

Pour cela, il faut quoi ? Du marketing. Alors, ne pas aimer le marketing, et l’utiliser à fond, sans vouloir se l’avouer, c’est rigolo ( :

Alors, c’est quoi le marketing ?

De la drague ! Purement, et simplement de la drague. Vous n’avez rien à vendre, pourtant, vous êtes en mode « séduction ». Na, na, na, ne me dites pas « moi, je ne veux pas séduire, je suis naturel », rien que le fait de dire cela, cela démontre que vous avez analysé votre environnement et que vous avez adopté une attitude précise en fonction de vos caractéristiques, de ce que vous souhaitez valoriser en vous aux yeux des autres. C’est une démarche marketing.

Vous avez analysé le marché, les acheteurs, et le produit, et vous avez conçu un message à destination de ce marché.

Souvenez-vous de la vague du « no look ». C’était hype d’être « no-look ». Bah oui, à un détail près, le « no-look », c’est un look. Depuis, le truc s’est tassé. Il continue de vivre, mais sous un autre nom, d’autres tendances.

Le Marketing, ce n’est pas sale

Pour défendre une idée, pour valoriser un projet, des écrits, une musique que l’on aime, il faut bien communiquer. Certes, le rapport à l’argent est venu brouiller les cartes et les valeurs profondes qui furent des repères stables, fiables et vitaux.

Nous avons besoin de communiquer, de dire à untel d’aller lire tel article car ça pourrait l’intéresser, à tel autre d’écouter telle musique qui pourrait le faire vibrer. En quoi est-ce mal ? En rien. Au contraire, c’est un partage tout à fait humain, noble.

D’ailleurs, [twitter_icon] c’est sur cette idée de partage du savoir, des connaissances que l’internet fut créé au sein des universités outre-Atlantique.

Diaboliser le marketing ne sert à rien, si ce n’est vous éloigner de vos propres objectifs. Dire que vous n’y connaissez rien en marketing est également faux. Chaque jour, sans le savoir, vous en faites. Peut-être de façon maladroite, sans le savoir ou le comprendre, mais vous en faites.

N’allez pas vous pendre pour autant ! Vous avez besoin du marketing. Ce qui fait toute la différence, c’est la façon dont vous allez l’utiliser, dans quel but.

Astuce : Soyez remarquable

Sortez de la neutralité, assumez-vous !

 

Voilà. Le billet pourrait s’arrêter ici. En une phrase, tout est dit. Pas besoin d’en rajouter. Mais je lis tellement de blogs totalement insipides, des blogs où l’on se demande bien qui est la personne derrière.

On pourrait prendre les rédacteurs des blogs A et B, les intervertir, que l’on n’y verrait que du feu. Ah ça, ça bastonne dur sur les keywords phares du secteur, en veux-tu du « comment faire connaitre mon blog », du « référencement blog », et j’en passe.

Mais pourquoi donc ? A vouloir être tous remarquables, tous font la même chose, la même recette lue sur des blogs sans âmes, sans vie, sans avis. Et cela nous donne une immonde bouillie de blogs. Remarquable ? Mais comment !?

#JeSuisToutleMonde

Les mêmes trucs que partout ailleurs, le même ton, lisse, polissé, bien sage, pas une virgule de traviole, et pour le retour d’expérience, faudra repasser plus tard. Beaucoup plus tard.

C’est une longue litanie de reprise des brèves sur l’actu des GAFA, des réseaux sociaux, saupoudrés d’avis lu ailleurs. Forcément, avec ça, pour se démarquer.

Ah, et question identité visuelle, le noir, le bleu, fond blanc, une espèce de vieux logo moisi. En voiture Simone. Ça envoie du rêve. Si encore le contenu envoyait du bois, mais non, même pas.

Soyez remarquable

Je n’ai de cesse de le répéter, pour un infopreneur, s’engager est vital, primordial ! Prendre position, donner un avis, quitte à se planter, y’a pas mort d’homme. Mais soyez remarquable.

Remarquable ne veut ne pas dire parfait. Remarquable, c’est quelque chose que l’on… remarque, qui sort du lot, d’une façon ou d’une autre. La recherche de la perfection est une vaine quête, parce que vous n’êtes pas parfait, parce que vous êtes fait d’échecs, de succès.

Vouloir le succès immédiat, sans passer par quelques gadins, c’est croire que le Père Noël est un rappeur américain de premier plan (quoi, bien sûr que le Père Noël existe !!!).

Durant le #Shake15, j’ai eu le plaisir de voir des personnes venir à moi, des gens que je ne connaissais pas, et me dire « toi, c’est 4h18 sur twitter ». Heu, oui. Le tout avec derrière une franche poignée de main, un sourire, et un mot gentil.

Remarquable ? Mais que fais-je donc pour mériter cette attention particulière ? Rien. Je dis ce que je pense, je donne mon avis, je commente, je débats, je poste aussi des boobs, du foot, j’éructe contre la haine raciale, etc, etc… Je vis !!

À un moment, j’ai décidé de m’assumer, comme un grand garçon, j’ai accepté le fait que je ne pourrais jamais plaire à tout le monde. Étrangement, depuis ce jour-là, je vis mieux, étrangement, depuis ce jour-là, les contacts noués sont plus solides, plus sincères.

Je ne suis pas un modèle de perfection, loin s’en faut, il me faut apprendre des (nombreuses) erreurs passées, apprendre, comprendre, progresser. Tout comme vous. Rien de plus, rien de moins. Ce travail présente un énorme avantage : il aide aussi à mieux cibler ses prospects, celles et ceux avec qui l’on souhaite vraiment travailler.

Je me fou bien d’être le guru de la secte de ceux qui changent de vie à longueur d’année. En revanche, être celui qui va donner l’impulsion à ce blogueur-là ou celui-ci, parce qu’il en a dans le ventre, là oui, ça me botte.

Être remarquable, c’est produire un contenu qui sorte du lot. Pas parce qu’il est le meilleur (c’est quoi le meilleur ?? Sur quels critères ?). C’est simplement faire don de soi, apporter un petit quelque chose que la majorité n’apportera jamais, par peur de ne pas être comme tout le monde.

Ne soyez pas tout le monde, soyez vous ! Juste vous. Comme le dit si bien la pub : « Venez comme vous êtes ». Si déjà vous faites cela, vous aurez bien avancé, et vous aurez là une belle base de travail, de progression. À vos claviers !

Marketing : être remarquable, c’est déjà être soit et s’affirmer, au contraire de la majorité suiveuse et silencieuse.