Pourquoi votre produit ne se vend pas

Il est beau, pas cher, mais ça ne décolle pas…

Je vais vous dire une chose. On s’en fou de ce que vous avez à vendre. Vous n’imaginez pas à quel point on s’en tape, on s’en cogne, on s’en balance. Et d’une force en plus !

L’entrepreneur et le singe savant

Vous avez des plombes passé dessus ? Tant mieux pour vous, au moins, ça vous aura occupé un moment. Ho, mais, vous pensez surement que votre produit est plus mieux bien que le produit de machin, parce que lui, il fait comme ci, et que vous, bah vous faites comme ça, et que c’est vachement mieux. Et ?

Ho, mais, vous avez aussi l’argument massue ! Le prix ! Bah machin, lui, il c’est un escroc, parce que, vous vous le savez bien, vous la connaissez la « valeur réelle » du produit, alors, votre super produit, il est au bon prix, lui.

Vous avez tout bien écouté la méthode pour réussir

Et puis, même que vous avez ajouté des bonus, des tonnes de bonus, c’est que vous avez lu dans votre formation du secret des entrepreneurs qui réussissent, eux.

Ce que l’on ne vous a pas dit, c’est que le marché, il saturé, plein comme un œuf rempli de poussins jumeaux. Des offres comme la vôtre, il en existe déjà des dizaines, des centaines, de milliers.

Personne ne vous attend…

Vous avez le droit de croire que le monde entier attend fébrilement votre arrivée sur le marché. D’ailleurs, comme vous avez lu quelque part qu’il fallait être le héros de tous ces braves gens gavés de problèmes, vous avez piqué le costume de super héros du p’tit, un coup de fer à repasser, et vous voilà, cape au vent, prêt à sauver le monde.

…Mais des personnes sont prête à vous écouter, à vous suivre

Ouais. La seule personne ayant besoin d’un sauvetage d’urgence dans cette histoire, c’est vous. Vous qui pensez encore que c’est votre produit qui va faire la différence.

Ce super produit que vous avez couvé des mois durant, en épiant consciencieusement la concurrence, en copiant, ha non, pardon, en vous « inspirant » de ce que la concurrence fait de « mieux ».

Arrêtez avec le guide du petit manipulateur en herbe

Vous avez passé des plombes à écrire votre « page de vente », en prenant soin d’intégrer tous les éléments émotionnels du « petit marketeur appliqué ».

Sagement, vous avez transformé les « caractéristiques produit » en « bénéfices client », comme ça, direct, l’internaute, il sait ce qu’il va gagner avec vous. A peu de choses près, la même chose que chez votre concurrent.

Vous n’êtes plus à l’école, vous êtes grand !

Vous avez tout bien fait, tout comme il faut, comme un bon élève à l’école. On vous a dit, « faites ceci », vous avez fait ceci. On vous a dit « faites cela », et vous avez fait cela.

On vous a dit « faites comme cela », vous avez fait comme cela. On vous a dit, et vous avez fait, avec application. Ça, on ne peut pas vous l’enlever.

Votre mission n’est pas d’aider les autres

On vous a dit « faites du copywriting », vous avez péniblement fait du copywriting. On vous a dit « faites du storytelling », vous cherchez encore ce que vous pouvez raconter comme histoire.

Pour vous aider, on vous a dit « quelle est votre mission ». Ma mission ? « Aider les autres » ! Et voilà, vous avez trouvé votre belle histoire à raconter. Bravo, vous êtes un gentil singe savant.

Si on vous dit de vous tremper le cul dans une bassine d’eau froide et chanter la Marseillaise pour attirer le succès, vous allez le faire ?

Vous ne vendez pas un produit

Vous avez tout bien fait. Sauf un truc. Réfléchir par vous-même. Vous avez cherché à savoir « comment vendre » et vous avez toutes les « formations » pour « vendre ».

Mais pour vendre quoi ? Un produit. Ah, non, c’est une erreur. Vous ne vendez pas un produit. Hein ???? Non, vous ne vendez pas un produit. Parce que ce n’est pas un produit que les gens achètent.

Vous n’êtes pas un singe savant

Reprenons. Vous n’êtes pas des singes savants, mais des humains, avec la volonté d’entreprendre. Enfin, si vous lisez ces lignes, je vous souhaite vraiment d’avoir cette putain d’envie chevillée au corps, sinon, vous êtes mal.

Ensuite, votre histoire, c’est bien joli de « vouloir aider les autres », mais d’une c’est qui « les autres », et de deux, c’est un mensonge. La première personne que vous voulez aider, ce n’est pas les autres, mais vous.

Comment je me suis emmerdé moi-même

Et cela nous conduit directement, tout droit, à l’essentiel. Vous. C’est qui vous ? Si vous ne savez pas qui vous êtes et pourquoi vous êtes réellement là, votre communication, je vous le dis de suite pour en être passé par là, elle va être compliquée.

Tellement compliqué que vous allez vous emmerder rapidement, et vous allez emmerder le monde. Et ce n’est pas en emmerdant le monde que l’on vend.

Revenez à l’essentiel de votre entreprise

Je vais vous raconter un truc sur le marketing et la vente. Depuis toujours, la notion des personas, ça me gonfle, mais à un point, vous n’imaginez pas. Il faut découvrir ce que pensent des gens que l’on a jamais vu, avec qui on ne parle pas. Dans le genre exercice à la con, ça se pose là.

En réalité, ce que ces braves gens ont dans la tronche, sans vouloir manquer de respect à qui que ce soit, mais je m’en fou !

Ajoutez un touche d’égoisme

Égoïstement, ce qui m’importe, c’est d’abord ce que j’ai dans le crâne. Je n’ai pas envie de communiquer sur ce que les gens attendent, mais sur ce que j’ai à dire, à proposer, sur ce que je pense, sur ma vision du monde à moi.

Et croyez-moi, déjà, rien que ça, pour trouver les mots justes, les poser, en faire quelque chose d’audible, c’est du boulot. C’est quelque chose qui demande du temps.

Entre fin 2015 et fin 2016, je me suis emmerdé, y’a pas d’autres mots, à tenter de faire tout comme les marketeux disent dans leurs blogs. Ouais. J’ai tenté de jouer le singe savant.

Ne cherchez pas à convaincre, faites vous confiance…

Bénéfices ? Une bouillie de mots fades, sans saveur, sans odeur. Quand je regardais mon blog, je pleurais d’ennui. Pendant deux ans, je me suis fait chier à écrire des trucs qui n’étaient pas moi.

C’est étrange, j’ai eu bien peu de clients durant cette période. Tu m’étonnes Simone ! Si déjà tu t’emmerdes, si déjà ce que tu fais ne t’inspire pas toi-même, comment veux-tu inspire les autres ???

…Et faites confiance aux autres

J’ai arrêté de lire les blogs de marketing qui sont globalement d’une pauvreté affligeante, abyssale. J’ai pris du recul pendant l’écriture de mon livre. J’ai relu ce que j’écrivais par le passé, pour le comparer à ce que j’avais écrit entre 2015 et 2016.

Je sentais qu’il fallait que je recentre le truc sur moi. Parce que c’est mon entreprise, parce que c’est moi. Alors, j’ai commencé à chercher en moi, à chaque réponse, je me demandais pourquoi cette réponse-là, pourquoi est-ce que j’apporte cette réponse à cette question. Et j’ai avancé ainsi.

Votre pourquoi, vos réponses, votre communication

J’ai pris des tonnes de notes, je me suis aidé d’auteurs divers et variés. Je ne devais sans doute pas être le premier à faire ce chemin. Si les (bons et vrai) livres n’apportent pas de réponses prêtes à l’emploi, ils posent les bonnes questions.

On m’avait dit « les gens n’achètent pas ton produit, mais toi ». Et moi, je ne suis pas à vendre, donc, j’ai longtemps lutté contre cette vision. Je sais pourquoi aujourd’hui. Je sentais qu’elle contenait une part de vrai, et une part erronée.

Votre Histoire, votre différence

Ce qui est vrai, c’est que les gens n’achètent pas nos produits. Mais pour autant ce pas l’entrepreneur qu’ils achètent. C’est son Histoire.

Et son Histoire, ce n’est pas son parcours, sa vie, son œuvre. Ce sont ses convictions, sa vocation, ce qu’il défend comme idée, comme vision. Ce sont tous ces éléments inspirant que le client achète.

Il a besoin d’une Histoire à adopter, quelque chose qui lui parle, qui le fasse vibrer. Et peut-être même vous, en ce moment, à la lecture de ces lignes, vous êtes en train de vibrer, alors que je ne suis pas en train de vous vendre quelque chose.

La puissance d’un pourquoi authentique

Je vous parle de ma propre histoire. Et si elle fait écho en vous, elle restera en vous, gravée, quelque part, c’est une inspiration qui va s’immiscer en vous, et faire naitre une réflexion, qui peut-être débouchera sur une envie nouvelle, une façon d’agir différente.

Je ne cherche pas à vous convaincre. Je suis simplement authentique dans mes mots, ma communication. Et ce faisant, j’arrive à convaincre. Parce que chez certaines personnes, cela va faire écho. Ces mêmes personnes s’en iront parler de ce qu’elles ont lu ici.

Elles vont m’aider à diffuser mes idées. Et c’est bien là le marketing : diffuser ses idées. Ce sont vos idées, votre façon de les vivre, de les incarner, de les transmettre qui va vous différencier.

C’est là que vous allez être « remarquable » sur le marché. C’est là qu’il va se passer quelque chose. Et pour que ce quelque chose arrive, vous devez commencer par vous. Parce que tout part de vous.

Ne soyez plus un singe savant. Ayez le culot d’être vous.

C’est ce qu’on fait Steve Job, Richard Branson, Bill Gates, Nelson Mandela, Martin Luther King, Xavier Niel, Serge Dassault, Louis, Marcel et Fernand Renault, Enzo Ferrari, Elon Musk…

Personne ne vous demande d’être ceux-là. Ils sont ou furent déjà. Soyez vous. Avec vos qualités, vos défauts, et surtout, vos envies d’être. Vos réponses sont au fond de vous, pas ailleurs.

Trois choses pour terminer

  1. Votre mission première est de tout faire pour vous rendre heureux.
  2. Recherchez délibérément la compagnie de gens qui vont vous pousser à réfléchir et agir par vous-même.
  3. Je sais que vous avez mieux à proposer qu’un simple produit, c’est pour cela que je crois en vous.