Augmenter son trafic web

Boostez votre trafic web, variez les plaisirs

Après avoir créé votre blog, il va désormais falloir y apporter du trafic. J’entends bien souvent qu’il faut absolument diversifier ses sources de trafic afin de ne pas devenir “Google dépendant”. Je suis plus que d’accord sur le postulat de départ. La réalité, elle, est tout autre.

la “règle des 3 tiers”

Idéalement, le trafic de votre blog devrait se décomposer à peu près à parts égales comme suit :

  • Référencement naturel
  • Réseaux Sociaux
  • Trafic direct

Dans les fait, c’est une toute autre histoire qui se joue. Car il n’est pas facile de conserver cet équilibre. Nous allons le voir.

La prédominance de Google

Quel que soit le blog, il va arriver un moment où, si vous avez bien bossé votre seo durant quelques mois, vous allez voir grimper votre nombre de visiteurs de façon conséquente. Ces visiteurs, d’où viennent-ils ? De Google. Pas de Bing, pas de Yahoo. De Google.

Nous avons « la chance », en France, d’avoir un moteur en situation de total monopole. Monopole que nous lui avons donné, il ne faudrait pas l’oublier, et ce peu importe les raisons, c’est nous qui avons mis Google à cette place. Fermons la parenthèse.

Donc, si vous avez fait le métier, vous allez voir croitre sensiblement la courbe des visiteurs en provenance de Google. De prime abord, y’a de quoi être content. Ceci valide le travail effectué en amont.

En aval, la réalité va s’annoncer plus nuancée, car tout de suite, vous allez vous poser une question : il se passe quoi le jour où, pour une raison ou une autre Google décide de fermer le robinet ? La réponse est simple : cassage de gueule en bonne et due forme, direction la cave.

Voilà une perspective qui n’a rien pour vous enchanter. Si cela peut vous consoler, nous sommes très, très, très, mais alors vraiment très nombreux à bloguer avec cette douce incertitude. Quand on sait que Google a décidé de durcir les règles, y’a de quoi se demander quand et qu’elle sauce chacun d’entre nous se fera bouffer.

Si Google impose la loi, il faut savoir que tout n’est perdu pour autant. En premier lieu, il faut accepter la situation telle qu’elle est. Sauf cas à part, vous serez et resterez dépendant, en partie, de Google.

Maintenant, il tout à fait possible d’attirer du trafic via d’autres sources. Vous allez devoir vendre bâton de maréchal et vous en aller sur les routes du web afin de porter la bonne parole auprès des internautes.

Ne misez pas tout sur Google

Une des erreurs du blogueur débutant est de tout arrêter quand le trafic en provenance de Google prend de l’ampleur. Avant cela, que faisait-il ce blogueur ?

Il prenait contact avec ses collègues, il assurait sa petite promo sur les réseaux sociaux, en résumé, notre blogueur se bougeait le cul.

Et depuis que ses statistiques lui indiquent une belle progression de visiteurs en provenance des moteurs, il se repose sur ses lauriers. Boulette.

Boulette, parce que pour le coup, ce blogueur va rapidement devenir totalement dépendant du bon vouloir de la firme américaine. S’il est difficile de drainer autant de trafic que le moteur via d’autres sources, ce n’est pas une raison pour ne rien faire.

Guest blogging, réseaux sociaux, commentaires

En continuant de commenter sur d’autres blogs, en assurant une vraie présence sur les réseaux sociaux (par pitié, épargnez nous les « time line » pleines de citations, quelle plaie !!), il vous sera possible d’attirer à vous cent à deux cent visiteurs par jour.

L’intérêt n’est pas uniquement comptable.Un visiteur en provenance en provenance du moteur est par essence un internaute pressé. Il cherche une info, il veut que cela aille vite. Et ne vous attendez pas à ce qu’il passe dix minutes chez vous.

Moins de 5 secondes pour séduire

En atterrissant sur votre site, tout va se jouer en quelques secondes. Dans ce très court laps de temps, votre visiteur va décider si oui ou non ce qu’il voit lui convient. En quelques instants, il va scanner la page. Et même s’il trouve son information, ce n’est pas tout de suite qu’il se passera quelque chose avec lui.

Note
autant vous dire que si votre site met 30 secondes à s’afficher, c’est mort. D’où l’importance d’un site rapide

Vous aurez beau tout tenter, s’il ne veut pas rester, s’inscrire à votre mailing liste, rien n’y fera. Vous pouvez espérer qu’il revienne un peu plus tard pour faire le tour du proprio.

Du bon usage des réseaux (sociaux et réels)

En ce qui concerne les réseaux sociaux, les liens depuis d’autres blogs, c’est sensiblement différent. D’une l’internaute est dans une démarche différente. En passant d’un site à l’autre, ou en se baladant sur les réseaux, il est déjà plus ouvert à la découverte. C’est votre chance.

À la différence d’un moteur de recherche, vous avez là une meilleure maitrise de votre image. Sur les réseaux, ce sont vos messages qui vont déclencher quelque chose chez l’internaute. Sur les blogs, ce sont soit vos propres commentaires, soit un lien placé par l’auteur du billet qui vont faire que l’internaute va cliquer pour venir chez vous.

Soignez votre image, votre message

En soignant un tant soit peu vos diverses interventions, il vous est donc possible de générer un trafic ciblé, qualifié et donc, de grande qualité. Je ne dis pas c’est impossible de le faire en référencement naturel, mais cela demande bien plus de travail et de temps.

N’oubliez pas non plus, comme je viens de le mentionner, que votre internaute n’est pas dans le même état d’esprit quand il surfe sur Google ou sur les réseaux sociaux. Faites donc l’expérience avec vous-même.

Pour ma part, j’ai stoppé depuis un moment la recherche de nouvelles sources via les moteurs. Il existe tellement de façon de faire la nique à un moteur, que la pertinence n’est plus vraiment ce qu’elle était. En revanche, les recommandations sur les réseaux, un retweet, ou encore un post sur Facebook un peu sympa, là, c’est tout de suite autre chose.

L’impact d’un bon trafic sur le R.O.I

Aujourd’hui, je tente tout ce qu’il est possible pour attirer un trafic en provenance des réseaux, et je tente de stabiliser la moyenne à 70/30. Soit 70% en provenance des moteurs, pour 30% des diverses sources.

L’autre impact non négligeable se trouve dans le fameux ROI, ou dans le taux de conversion. Il sera plus aisé de convertir une personne qui vient à vous par curiosité, dans une démarche volontaire, qu’une personne en mode furetage et qui est pressée.

La newsletter, l’oubliée de service

Une autre façon de drainer du trafic et d’assurer une bonne visibilité à vos contenus, c’est la newsletter. Hé oui, l’emailing n’est pas fait que pour vendre. Un bon mail va attirer vos fidèles lecteurs sur vos derniers articles. Et cette fidélité, ça se travaille dans le temps. Cependant, je suis heureux de voir que bon nombre de blogueurs et blogueuses ont enfin compris cela et utilise intelligemment cet outil.

Optimiser son référencement en conclusion

Et si finalement, la vérité se trouvait bien le taux de conversion, et non dans le nombre de visiteurs en provenance des moteurs. Voilà un nouvel angle de vue à creuser. Et s’il est tout à fait possible de convertir un visiteur en provenance des moteurs, les majeures parties des spécialistes s’accordent pour dire que ce n’est pas une partie de plaisir.

Ceci étant, pour avoir plus de trafic web, n’oubliez pas : variez les sources, variez les plaisirs !